CROS Bretagne Mouvement Sportif Développement Durable Ecolosport

Le comité régional olympique et sportif breton (CROS Bretagne) s’engage d’année en année de plus en plus en faveur de l’environnement, notamment par l’accompagnement des événements sportifs bretons dans leurs actions écologiques et sociétales.

La Bretagne, c’est plus de 900 000 licenciés sportifs, ce qui en fait la deuxième région la plus sportive de France. Le CROS Bretagne, situé à Rennes, est un organe déconcentré du CNOSF qui vise à développer et fédérer le mouvement sportif régional. Les thématiques qu’il traite sont nombreuses : sports pour tous, sport santé, sport en entreprise, Paris 2024, Éducation et Citoyenneté, etc. Le développement durable étant l’un d’eux, depuis quelques années, une “Démarche Qualité” a vu le jour, afin d’accompagner et de fédérer le mouvement sportif breton dans un sens commun et durable.

La démarche qualité du CROS Bretagne, un outil d’accompagnement des acteurs du sport breton

En 2010, une charte des manifestations de sports de nature est rédigée par le Centre Régional d’Expertise et de Ressource (CRER) de Bretagne, en partenariat avec le CROS, la région et l’État. En 2017, elle évolue et devient une charte “régionale des manifestations sportives vers une démarche qualité” environnementale. De fait, dès septembre 2017, un échange entre les mondes sportifs et culturels bretons s’opère sur les bonnes pratiques de durabilité des organisateurs d’événements. En 2018, cet engagement s’intensifie grâce à la signature d’une convention pluriannuelle avec l’ADEME Bretagne. Le CROS s’engage alors à accompagner les organisateurs d’événements sportifs de son territoire sur ce volet écologique. Son engagement est réalisé en étroite collaboration avec les CDOS de la région (Finistère, Côtes d’Armor, Île-et-Vilaine et Morbihan) pour dupliquer cette action sur les territoires.

CROS Bretagne Mouvement Sportif Développement Durable Ecolosport

Cette démarche qualité touche des thématiques très diverses : le traitement des déchets, de l’eau, le choix de la restauration mais aussi la valorisation des bénévoles, la gouvernance, la gestion des spectateurs, la cohésion interne… L’objectif est de répondre à une qualité triple : organisationnelle, environnementale et d’accueil lors de l’événement.

La démarche s’organise en trois temps : la signature de la charte en premier lieu, afin que l’organisation s’engage à travailler sur ces questions environnementales et sociétales. Un accompagnement individuel ensuite, réalisé par le CROS qui vise à élaborer un pré-diagnostic de l’événement : ces caractéristiques, ce qui est déjà fait, ce qui est améliorable, ce qui n’est pas fait. Enfin, des préconisations d’actions qui s’adaptent au contexte individuel.

Le sport, c’est l’école de la vie. Le mouvement sportif doit s’engager dans la démarche environnementale car toutes les générations peuvent être sensibilisées par le sport.

Cévina Pelloin, chargé de mission développement durable au CROS de Bretagne

L’exemple du Tour du Finistère à la Voile

Le Tour du Finistère à la Voile, événement sportif de renommée qui réalisera en 2022 sa 36ème édition, a souhaité en 2020 développer sa démarche environnementale qui, avant ses échanges avec le CROS, n’était pas prise en compte. Céline Nicolas, chargée d’évènementiel au sein de l’agence Finistère 360°, témoigne : “Nous avons démarré avec un diagnostic au mois de novembre dernier. Cela nous a permis de remettre complètement à plat l’événement, la manière dont on fonctionnait sur la gestion des bénévoles, les repas, la gestion des déchets, le gaspillage alimentaire. De là, sont sorties des questions que l’on ne s’était absolument jamais posée. On s’est dit qu’il fallait reposer les bases et repartir sur quelque chose de plus cohérent.” 

CROS Bretagne Mouvement Sportif Développement Durable Ecolosport

Ainsi, les organisateurs travaillèrent sur la valorisation et la gestion des bénévoles, en travaillant sur une journée pré-événement de cohésion ; mais également sur la question du tri des déchets et sur une exigence nouvelle en matière de partenaires. Céline Nicolas poursuit : “Le CROS nous a permis de structurer nos idées. Au début, nous avions envie de faire plein de choses, nous partions un peu dans tous les sens. Le CROS Bretagne, grâce à notre diagnostic individuel, nous a plutôt conseillé de commencer par telles ou telles thématiques. Nous avons également pu rencontrer d’autres organisations lors d’ateliers d’échanges organisées par le CROS, ce qui a permis de partager les bonnes pratiques.”

La démarche qualité du CROS Bretagne vise à être améliorer et à toucher encore plus d’événements qu’aujourd’hui. L’organisation songe d’ailleurs à l’ouvrir aux ligues et aux comités de la région, afin de partager avec l’ensemble du mouvement sportif son engagement pour la préservation de l’environnement.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *