Shoreham FC Football Amateur Ecologie Ecolosport

Shoreham FC, club amateur de l’Est anglais, est reconnu pour ses actions éco-responsables. En octobre, il a même été lauréat d’un prix aux trophées du sport durable en Angleterre devant deux pensionnaires de Premier League : Norwich et Southampton. Partons à la découverte d’un petit club aux grandes idées.

Lorsque nous entrons sur le site internet du Shoreham FC, club évoluant en Southern Combinaison Football League Division One (un championnat régional regroupant 20 équipes du Sussex, à l’Est de l’Angleterre), le ton est de suite donné. Une pop-up s’affiche à l’écran avec pour message : « Sommes-nous le club amateur le plus écologique d’Angleterre ? Nous espérons que non ! Car chaque club de football devrait essayer de réduire son empreinte carbone. »

À Shoreham, le développement durable est au cœur des projets, comme le montre la collaboration avec une multitude d’associations à travers la région. La saison dernière, en 7 mois, les Musselmen ont planté 210 arbres et réduit leur empreinte carbone de plus de 11 tonnes. Le club du président Stuart Slaney est devenu membre du plan Sport for Climate Action de l’ONU dans l’optique de contribuer à la réduction de l’empreinte carbone des organisations sportives tout en incitant les supporters à s’engager à leurs côtés.

Transports, énergie et nourriture

Shoreham a entrepris un vaste plan d’actions ciblant 3 pôles prioritaires : les transports, l’énergie et la nourriture.

L’empreinte carbone est le centre de toutes les attentions chez les décideurs. Des parcs à vélo ont été disposés au sein du stade. Des réductions tarifaires sur les billets de matchs sont appliquées pour les spectateurs utilisant une voiture électrique, les transports en commun ou leur vélo en venant à Middle Road. Le club planche sur l’installation de bornes de recharge électrique.

Au niveau énergétique, le nouveau fournisseur du club se nomme Octopus, qui collabore avec Arsenal, pour sa capacité à fournir de l’énergie 100% verte. Des LED ont été installées en remplacement des anciennes ampoules plus énergivores. L’investissement de 50.000£ a été conséquent mais il a permis de diminuer la facture de 30%, alors que les projecteurs du stade devraient suivre, en espérant une économie de 70%. Par ailleurs, les jardiniers sont pleinement impliqués dans le processus avec le remplacement de l’engrais et des tondeuses thermiques.

Les points de restauration du stade proposent des repas vegan. Depuis peu, de la bière vegan est proposée. © Peter Flude/The Guardian

Les fans ont été réceptifs à l’implication de leur club favori. 40 d’entre eux ont changé de fournisseur d’énergie suite à l’engagement de Shoreham avec Octopus, tandis que d’autres se sont lancés dans le recyclage comme l’expliquait Stuart Slaney au Guardian : « La majorité de nos supporters est issue de la classe ouvrière. Mais nous ne considérons pas la durabilité comme un sujet réservé aux cols blancs, et nos fans sont de plus en plus motivés à agir à leur échelle ».

Des menus vegans ont été introduits dans les points de restauration, recevant un bon accueil des supporters. 3 joueurs de l’équipe première ont par ailleurs changé de régime alimentaire.Shoreham FC Football Amateur Ecologie Ecolosport

L’engagement environnemental du Shoreham FC a été pleinement récompensé lors des British Association for Sustainable Sports (BASIS) awards (voir photo ci-dessus). Nommé dans la catégorie Strategy/Strategic leadership, en compagnie de Norwich et de Southampton, deux clubs pleinement engagés sur le développement durable avec des moyens plus conséquents, le club amateur du Sussex est monté sur la première marche du podium.

Une fierté pour le président Slaney : « Notre satisfaction liée à notre action environnementale, c’est comme inscrire un triplé pendant un match ». Avec ce prix, les Musselmen ont démontré qu’il n’était pas nécessaire d’être un club d’une ligue professionnelle aux moyens conséquents pour agir concrètement sur la préservation de l’environnement.

Photo à la Une : Shoreham Football Club

Antonin Delmas
Engagé auprès des clubs de football depuis plusieurs années, principalement autour des thématiques de communication, le sujet de la RSE est devenu central à la suite de la réalisation de mon mémoire de recherche de Master 2 sur ce thème. Devenu rédacteur pour Écolosport, j'espère vous informer au mieux des actualités RSE et écologiques du monde du sport pour que nous agissions ensemble en faveur de la planète.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *