Coupe du Monde 2022 Qatar Greenwashing Norme ISO 20121 Ecologie Football Ecolosport
Si Ecolosport se veut être un média positif et tourné vers les bonnes pratiques, il est aussi nécessaire de rappeler que certaines mauvaises pratiques perdurent et se développent, à rebours des enjeux environnementaux d’aujourd’hui et de demain. Voici notre nouvelle rubrique, que nous voulons très ponctuelle : Carton rouge.

Le Qatar, qui accueille la Coupe du Monde de football dans quelques mois, passe à l’offensive sur l’éco-responsabilité de l’événement, bien aidé par la FIFA. Un modèle de greenwashing…

On n’avait pas besoin de ça pour le savoir, mais c’est la goutte d’eau de trop… La Coupe du Monde de football 2022, organisée au Qatar en novembre prochain, vient d’obtenir la norme ISO 20121, dédiée aux « systèmes de management responsable appliqués à l’activité événementielle », et qui vise à promouvoir le développement durable intégré à l’activité événementielle. Un pas de plus dans la stratégie greenwashing de la FIFA et des organisateurs de la deuxième plus grande compétition sportive de la planète. Un immense pas en arrière pour la crédibilité de la norme ISO 20121, qui en prend un sacré coup.

Sur le site de l’organisme certificateur, il est précisé que la norme permet de « maîtriser son impact social, économique et environnemental. La moindre action a son importance, qu’il s’agisse de préférer l’eau du robinet à l’eau en bouteille en plastique ou d’encourager l’utilisation des transports publics. » 6.500 ouvriers immigrés (au bas mot) ont perdu la vie en construisant des stades au milieu du désert et, cerise sur ce gâteau indigeste, climatisés à ciel ouvert, en pleine urgence climatique. En termes de développement durable et de maitrise d’impact social et environnemental, on a vu beaucoup mieux… Et comme rien ne nous sera épargné, les organisateurs et la FIFA parlent depuis quelques mois d’une compétition neutre en carbone, à grands coups de compensation.

Coupe du Monde 2022 Qatar Greenwashing Norme ISO 20121 Ecologie Football Ecolosport

© GIUSEPPE CACACE / AFP

Un « carton vert » sorti par Gianni Infantino, président de la FIFA

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement le 5 juin dernier, la FIFA a aussi lancé une grande campagne de communication : « Carton Vert pour la Planète », où Gianni Infantino, Président de la FIFA, brandit un carton vert dans une vidéo, pour mettre en valeur la sensibilisation à la protection de l’environnement.  « La FIFA joue son rôle, avec notre objectif de rendre la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022 neutre en carbone » ose t-il. « Je vous demande donc à tous de brandir le Carton Vert de la FIFA pour la Planète et d’enregistrer un court message, nous disant ce que vous ferez pour préserver l’environnement et sauver notre monde, et de publier ce message sur les réseaux sociaux. Engageons-nous à cela ! »

En d’autres termes, l’idée est de pousser les supporters à se rendre en avion au Qatar, et dans le même temps de les inciter à relayer, sur les réseaux sociaux, le fait qu’ils urinent sous la douche ou trient leurs déchets. Ainsi, la planète sera sauvée et la pratique du sport, menacée selon le rapport du WWF, avec.

Il y a moins d’un mois, l’ONG Carbon Market Watch a publié un rapport sur cette prétendue neutralité carbone. Sans grande surprise, Gilles Dufrasne, auteur du rapport, expliquait dans Le Figaro que « les données suggèrent que les émissions liées à la Coupe du monde seront considérablement plus élevées que prévu par les organisateurs, et que les crédits carbone destinés à compenser ces émissions n’auront sans doute pas un impact suffisamment positif sur le climat. » Selon un rapport publié par la FIFA, le Mondial 2022 va générer 3,63 millions de tonnes de CO2, un chiffre sous-estimé selon Carbon Market Watch, « notamment car les émissions liées à la construction des stades sont potentiellement jusqu’à huit fois plus importantes qu’annoncé. »

Mobilité douce et électrique sur place, économies d’eau et énergie renouvelable sont les grands contre-arguments des organisateurs qataris de la Coupe du Monde. Des initiatives semble t-il réelles… mais bien insuffisantes face au désastre humain et écologique auquel ils font face. Cet événement est définitivement d’un autre temps, d’un temps révolu. Vivement qu’on en finisse !

Photo à la Une : © fifg / Shutterstock.com

Michaël Ferrisi
Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Près de 10 années dans le monde du sport amateur et professionnel me permettent de bien connaitre l'environnement des organisations sportives, ses parties prenantes. Je suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.