CollectivitésEntretiens

Les Herbiers : ville éco-sportive !

Initiées en 2016, les actions “Eco-Sport” de la commune des Herbiers sont un exemple de réussite dans le sport responsable.

Au lendemain des élections municipales aux résultats teintés de vert, zoom sur l’un des meilleurs élèves en matière de politique éco-sportive : les Herbiers. Cette petite ville vendéenne de 16 000 habitants a décidé, il y a trois ans, d’impliquer ses clubs sportifs dans la transition écologique.

Anthony Guillard, responsable du service des sports aux Herbiers.

Cette semaine, nous avons pu échanger avec Anthony Guillard, responsable des sports aux Herbiers. Extraits choisis :

Pouvez-vous nous expliquer l’origine du projet ?

Dans le courant de l’année 2015, lors d’un bilan annuel, nous avons fait face à un constat alarmant : nous retrouvions de plus en plus de déchets dans nos lieux de sport, et ce malgré les nombreuses poubelles mises à disposition. Nous avons donc initié un dialogue avec l’ensemble des utilisateurs pour tenter de trouver des solutions. Avec 45 clubs de sport et quatre établissements scolaires (pour un total de 7 000 utilisateurs), cela s’est fait progressivement. À l’issue de cette consultation, nous avons décidé de proposer une mesure à la fois choc et originale : retirer les poubelles pour inciter nos sportifs à repartir avec leurs déchets.

À quoi ressemble le sport dit « éco-responsable » aux Herbiers ?

Tout d’abord, nous voulions travailler sur les déchets. Faire appel à la responsabilité de chacun, le civisme, mais aussi l’éducation par le sport.
En parallèle, nous nous sommes intéressés aux objectifs des Jeux Olympiques 2024. Un des grands objectifs des Jeux de Paris est l’écologie, avec des mesures très ambitieuses.
De plus, les fédérations, le CNOSF et plus généralement la gouvernance du sport inscrit petit à petit l’environnement dans ses objectifs.

Nous avons donc décidé d’aller un peu plus loin : en nous basant sur ces objectifs, nous proposerons aux clubs d’enclencher une transition écologique complète. Il est logiquement plus facile de transmettre un message qui vient de plus haut. L’idée était de s’appuyer des fortes valeurs du sport, de montrer l’exemple et d’entrainer via nos initiatives éco-responsables d’autres communes. Celles-ci se déclinent en plusieurs actions :

Premièrement, le retrait des poubelles sur les 7 enceintes sportives de la ville, en les remplaçant par des affiches ludiques et pédagogiques sur la nécessité de ramener avec soi et trier ses propres déchets, mais aussi d’éteindre la lumière en sortant et de limiter le temps passé sous la douche.

Deuxièmement, la distribution de 1000 gourdes estampillées “Les Herbiers, ville éco-responsable” aux licenciés de 10 ans et moins, pour former la nouvelle génération.

Troisièmement, le dispositif éco-événement sportif imaginé pour informer les équipes et public adverses : annonces micro, green team, roll-up informatifs en plus des affiches permanentes, buvettes 0 déchet.

Véronique Besse, maire des Herbiers, recevant des mains du champion olympique Tony Estanguet le label Terre de Jeux 2024

Comment la nouvelle a-t-elle été accueillie par vos clubs ?

Au début de la saison sportive 2018-2019, nous avons recruté un service civique pour mettre en œuvre les initiatives. Celui-ci était chargé de présenter le projet et de commencer à le mettre en place. L’accueil a forcément été mitigé. Nous sommes pour la grande majorité des clubs sur un format associatif où le bénévolat a toute son importance. Il a été parfois compliqué de démarrer mais en l’espace de quelques mois, nous avons pu retirer toutes les poubelles et le changement a été accepté. Les six mois qui ont suivi, nous avons même été surpris par le niveau d’investissement de certains parents ! A tel point que la question se pose aujourd’hui de valoriser ces investissements. Le sport doit certes servir à s’épanouir, se dépenser, mais il a aussi un rôle d’éducation. L’éco-responsabilité fait aujourd’hui partie de la culture sportive aux Herbiers.

Quelles ont été les retombées ?

La facture de nettoyage des salles de sport a été au moins divisée par deux, rendant les gymnases plus propres et préservant donc leur longévité. Nous n’avons pas encore les chiffres sur les consommations d’eau et d’électricité, mais ceux-ci suivront la même courbe.

Par ailleurs, l’originalité de nos initiatives écocitoyennes nous ont aidé à obtenir trois labels : Ville Active et Sportive, Ville Sportive et Terre de Jeux 2024.

Du point de vue des clubs, deux événements sur ce sujet ont vu le jour à leur initiative : la participation au World Cleanup Day 2019 par le biais d’une opération « Nettoyons la Nature », qui a permis de collecter 312 kg de déchets par 427 volontaires et une journée citoyenne prévue en septembre 2020 avec plusieurs thématiques : don du sang, alimentation, tri, etc. le tout organisé par notre club de basket, très engagé sur la citoyenneté.

Enfin, nous avons reçu des dizaines de sollicitations d’autres communes qui souhaitaient s’engager sur l’éco-responsabilité dans le sport.
Si nous avons pu en inspirer d’autres, je pense que le pari a été tenu !

Les jeunes sportifs herbretais à l’œuvre le 21 septembre 2019 pendant l’opération Nettoyons la Nature

Quels sont les clefs pour mener à bien un projet transversal avec autant d’acteurs différents (relations ville, clubs, écoles, associations) ?

La communication est la clef de voute. Du début à la fin, nous sommes restés au contact des clubs, parfois même quotidiennement pour les accompagner, toujours avec un discours diplomatique et pédagogique. Nous avons toujours cherché à trouver un consensus au sein de nos équipes pour plus de cohérence et d’engagement.

L’important a aussi été d’identifier la cible des jeunes pratiquants. Nous sommes convaincus qu’éduquer dès le plus jeune âge nos sportifs est un moyen efficace pour apprendre les bons gestes.

Il est aussi évident que d’avoir eu un service civique dédié nous a facilité la tache.

Combien avez-vous investi pour parvenir à mettre tout cela en place ?

En tout et pour tout, nous avons allouer 15 000€ sur 3 ans dans les moyens matériels et humains (service civique compris).

Réagissez !

Bravo !
0
J'adore !
0
Wow !
0
Mouais...
0
Théo Fleurance
Contributeur pour Écolosport, je suis un grand passionné de sport et de ses valeurs. Fort de plusieurs expériences chez différents acteurs du monde du sport, je suis persuadé que la transition écologique est une formidable opportunité pour offrir un meilleur avenir au sport et à notre planète.

    1 Commentaire

    1. […] Les vendéens des Herbiers ont été récompensés pour leur objectif du zéro déchet et du retrait des poubelles au stade, nous en parlions d’ailleurs dans un article cet été. […]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 %