ActualitésBonnes pratiquesTennis

Roland-Garros : Grand Chelem pour le climat !

Après notre série conseil “Votre événement sportif écoresponsable“, voici la parfaite illustration d’un tournoi très engagé. Roland-Garros fait partie de ces temps forts du sport français et met le paquet sur l’écoresponsabilité depuis des années. Explications.

Dès 2008, la Fédération Française de Tennis a affirmé sa fibre “verte” en signant une charte visant à réduire ses impacts environnementaux avec le Ministère en charge du Développement Durable et l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Dans le sillage de la Fédération, Roland-Garros est devenu le premier événement sportif français de dimension internationale à être certifié ISO 20121 (système de management responsable appliqué à l’activité événementielle). Dans la poursuite de son engagement, le tournoi a signé en 2016 la « Charte de 15 engagements écoresponsables des organisateurs d’évènements sportifs en France » avec le Ministère des Sports et le WWF. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Une politique environnementale ultra-complète

La page dédiée aux initiatives écologiques de Roland-Garros se suffit presque à elle-même. Mobilité, énergie renouvelable, alimentation durable, gestion des déchets, solidarité sont autant de sujets abordés à chaque édition du tournoi.

En 2019, 72,20% des spectateurs se sont rendus au stade par des modes de déplacement doux (bus, vélo et à pied).

Pour compléter le dispositif, l’organisation met en place 4 navettes 100% électriques pour le grand public.

Au niveau des déchets, en 2018, 45 tonnes de biodéchets ont été compostées, soit 20 fois plus qu’il y a 5 ans. Le tournoi a adopté un système d’écocups consignées. Elles sont systématiquement utilisées pour le café, les boissons fraîches, le vin ou même le champagne ! L’organisation estime éviter 8,4 tonnes de production de plastique chaque année grâce aux écocups.

Pendant la quinzaine, des Équipes Vertes sillonnent le stade pour sensibiliser le grand public sur les actions responsables et rappeler les consignes de tri

Du coté des consommations, là aussi, “RG” s’est équipé : détecteurs de mouvements, d’arrosage automatique et de récupération d’eau pour mieux contrôler les consommations d’eau. 100% de l’enceinte est fournie en électricité d’origine renouvelable et l’installation de panneaux photovoltaïques dans deux zones du site montre la volonté de se tourner vers 100% d’électricité verte sur tout le site pour les prochaines éditions.

Autre poste important : l’alimentation. En 2017, l’organisation dévoilait sa charte alimentation durable : l’alimentation serait désormais 100% labellisée, de saison et issue des circuits courts.

Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, l’association le Chaînon Manquant récupère chaque jour les invendus et les redistribue auprès de diverses structures parisiennes dédiées aux personnes en situation de précarité. En 2019, plus de 7 000 repas ont ainsi été redistribués.

Pour œuvrer pour la biodiversité et reverdir les alentours des stades, 21 ruches ont été installées.

Enfin, RG a obtenu la certification BREEAM pour la rénovation de son stade. Dans ce cadre, le constructeur garantit des travaux verts, qui protègent la biodiversité du lieu du chantier et de ses abords. La Fédération Française de Tennis entend bien profiter du projet de nouveau stade pour franchir un cap en matière de développement durable.

Communication de tous les instants, la botte secrète de Roland-Garros

Le tournoi s’est lancé dans la création de nombreux corridors écologiques. L’objectif est double : maintenir la biodiversité urbaine et péri-urbaine et installer une ambiance végétale.

La volonté de s’afficher comme un tournoi écoresponsable se lit jusque dans les affiches de présentation du tournoi (voir ci-dessous).

Novak Djokovic, Dominic Thiem et Kristina Mladenovic ont lancé un appel pour agir contre le changement climatique dans une vidéo à l’initiative de Roland-Garros et des Nations Unies.

Pour renforcer encore l’impact environnemental du tournoi, celui-ci s’est associé à l’association fondée par Yann Arthus-Bertrand (un habitué de RG) GoodPlanet. Depuis 2005, l’association a planté plus de 1,6 million d’arbres et le tournoi espère sensibiliser encore plus son public à la biodiversité à travers ce partenariat.

La locomotive du Grand Chelem

En décembre dernier à l’occasion d’une conférence Climat, menée conjointement par la FFT et l’UNFCCC (United Nations Climate Change), Roland Garros annonce que les trois autres tournois du Grand Chelem – Wimbledon, US Open et Australian Open – ont rejoint le tournoi parmi les membres du mouvement Sports for Climate Action !

Nous sommes persuadés qu’une mobilisation commune et concertée finira par faire bouger les lignes. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir et la leçon que nous tirons de notre engagement à ce jour, est que l’on ne peut pas y arriver seul“, a déclaré Bernard Giudicelli, président de la FFT

Des engagements inspirants, on a hâte de voir la suite !

Réagissez !

Bravo !
0
J'adore !
4
Wow !
0
Mouais...
0
Théo Fleurance
Contributeur pour Écolosport, je suis un grand passionné de sport et de ses valeurs. Fort de plusieurs expériences chez différents acteurs du monde du sport, je suis persuadé que la transition écologique est une formidable opportunité pour offrir un meilleur avenir au sport et à notre planète.

    1 Commentaire

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 %