Football Ecologie France Ecolosport

L’association Football Ecologie France a dévoilé ce vendredi les résultats d’une enquête nationale sur le football et l’écologie. La tendance est claire : 3 répondants sur 4 souhaitent que leur club s’investisse dans l’écologie !

Au sortir du premier confinement en juin 2020, l’association à but non lucratif et d’intérêt général Football Ecologie France lançait une consultation nationale pour mieux comprendre les liens entre football et écologie, rappelant par la même occasion que le sport numéro 1 peut largement peser dans la balance, avec ses quelques 2,2 millions de licenciés, 15 000 clubs amateurs et 35 000 emplois liés au football professionnel.

Une consultation avec quels objectifs ? Donner la parole aux passionnés du ballon rond afin de comprendre leurs attentes en matière de développement durable quant à leur sport fétiche ; et se servir de ces réponses pour construire des outils adaptés à ce public pour progresser sur le terrain de l’écologie.

Un podium d’actions prioritaires se détache pour rendre le football plus durable

Les résultats dévoilés ce vendredi sont sans appel : 74% des répondants souhaitent que leur club s’engage sur le terrain de l’écologie !

Parmi les diverses propositions de solutions émises par les répondants, 3 actions prioritaires ressortent le plus : réduire ses déchets, sensibiliser les acteurs d’un club, et faire évoluer les transports. Autre chiffre intéressant : 80% des répondants estiment que les citoyens et les collectivités peuvent contribuer de manière significative aux changements de comportement.

Football Ecologie France Ecolosport

Graphique issu de l’infographie « Football et Transition Ecologique » publiée hier par Football Ecologie France

La crise, une opportunité à saisir pour se réinventer ?

Comme pour toutes les crises, celle du Covid-19 a apporté son lot de transformations plus ou moins positives. Nous l’avons assez régulièrement évoqué sur Ecolosport, bon nombre de citoyens s’interrogent sur leur pratique du sport, notamment après les différents confinements, et alors que le sport professionnel ne montre pas toujours le bon exemple sur la thématique environnementale.

L’infographie de Football Ecologie France (cliquez pour la visionner) le confirme d’ailleurs puisque 68% des répondants à la consultation ont une bonne image du football amateur, contre seulement 28% pour le football professionnel. L’exemple le plus parlant qui contribue à cette mauvaise image du football pro est certainement l’organisation de la Coupe du Monde 2022 au Qatar, qui cristallise (à raison) toutes les critiques.

Pourtant, tout espoir n’est pas perdu. Avec les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, annoncés comme neutres en carbone, le sport français tient sa boussole. Reste à savoir à quel niveau d’engagement les différentes fédérations, et notamment celle de football, vont suivre ou non le cap fixé par Paris 2024…

Michaël Ferrisi
Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Professionnel du digital dans le rugby, je connais l'environnement des organisations sportives, de ses acteurs et suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Dans la même rubriqueActualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *