Manchester City Sustainability Ecolosport
Chaque semaine sur Ecolosport, nous vous plongeons dans les coulisses des 5 clubs de football les plus éco-responsables de la Premier League et de découvrir leurs stratégies environnementales.

Série “Premier League & sustainability” (1/5) – Pour ce premier épisode, direction le Nord du pays et plus précisément l’Etihad Stadium. Conscient des risques du réchauffement climatique sur son activité, Manchester City est un acteur majeur de l’éco-responsabilité dans le football anglais depuis quelques saisons.

Gestion des énergies

Manchester City a adopté une politique énergétique ambitieuse en se conformant aux règlementations ESOS et SECR, deux normes de régulation introduites par le gouvernement britanniques pour aider les entreprises à gérer leurs ressources de façon efficiente. Grâce à ces deux guides, les Skyblues ont réduit leur consommation totale de 8% en 5 ans. Sur la saison 2019/2020, ils ont diminué leur bilan énergétique de 11%.

Par ailleurs, le club vient d’achever un audit sur sa consommation énergétique par le prisme de son système de cogénération (création d’électricité et de chaleur). De nouvelles économies d’énergie sont à prévoir. Un PPA (Power Purchase Agreement, un contrat complexe d’achat d’électricité passé avec une entreprise, ndlr) a été conclu. Il permet au club de financer les énergies renouvelables. Ainsi, 100% de la consommation électrique déployée pour les affaires quotidiennes ne génère pas d’empreinte carbone, avec une garantie sur la provenance des énergies. Des pompes à chaleur ont été installées afin de renforcer la performance énergétique globale en complément des systèmes existants.

En 2020, les Mancuniens ont finalisé le passage à des éclairages à faible consommation avec l’installation de nouveaux projecteurs autour du terrain. Les 5 272 LEDs disposées au sein du stade ont aidé à économiser près d’un million de kWh. Avec un contrôle de l’éclairage plus affirmé au sein de ses structures, il a été constaté une diminution des températures dans l’air autour des bâtiments concernés de l’ordre de 1°C.

Un système de contrôle de l’éclairage et des lampes à faible consommation permettent à Manchester City de diminuer l’impact de son activité sur la planète. © Intecho

L’académie des Citizens est régulièrement citée en exemple dans le pays. Son impact environnemental est très faible. Elle génère peu de carbone, utilise peu d’eau provenant du réseau de la ville et limite le gaspillage, avec la volonté de renforcer la biodiversité locale. Plusieurs types d’insectes, des papillons, des chauves-souris et des oiseaux ont trouvé refuge dans les terrains environnants composés de 2 500 arbres, d’environ 30 000 m² de plantes sauvages et de 5km de haies pour les abriter. En faveur de la maximisation de la qualité de l’air au-dessus de son centre d’entrainement, de nouvelles pelouses dotées des dernières technologies ont été installées. Il a été observé que chaque hectare de gazon absorbe entre 6,5 et 8,5 tonnes de CO².

« J’aimerais beaucoup dire que nous serons neutre en carbone dans le futur, mais c’est une déclaration trop audacieuse à faire. C’est une vision fantastique à avoir en tête mais nous essayons déjà d’être le plus efficient possible, de consommer le minimum. Cela ne viendra pas seulement des énergies mais de tout un ensemble d’activités. » déclare Pete Bradshow, responsable de la stratégie environnementale chez le champion d’Angleterre 2019.

Transports soutenables

Manchester City ne se cantonne pas uniquement aux problématiques énergétiques et s’attaque à de nombreux axes, comme les transports. Le club souhaite favoriser l’utilisation de moyens de locomotion moins polluants par ses parties prenantes pour se rendre sur leur lieu de travail. Une réflexion est réalisée en collaboration avec Manchester City Council et Transport for Greater Manchester, en s’assurant que les initiatives du club mancunien rentrent dans la stratégie locale de lutte contre le réchauffement climatique. Le club encourage l’ensemble de ses salariés à venir à pied, en transport en commun, en covoiturage ou en vélo dans la mesure du possible. Le staff de l’équipe professionnelle a été sollicité pour la promotion de la marche et du vélo par les responsables du programme BeCity, visant à sensibiliser à un mode de vie sain.  L’année dernière, le nombre d’employés utilisant le vélo comme moyen de déplacement a augmenté de 27%. Le processus est étendu aux fans et aux visiteurs.

Actuellement muni de 120 emplacements pour les vélos et de bornes de recharge électrique, le centre d’entrainement des Citizens devrait en accueillir de nouvelles dans un futur proche. Les bornes de recharge sont gratuites au sein du Campus, un argument de poids pour inciter les salariés à passer à l’électrique. De nouvelles options de transports soutenables sont en réflexion pour desservir le Campus et le relier au reste de la ville.

Les velléités de passage à ce type de transport s’étendent aux parties prenantes externes. Un vaste plan de communication à destination des fans a été élaboré et diffusé sur des sites d’informations à l’occasion des jours de match, pour dynamiser le covoiturage et les solutions écologiques. L’objectif visé est l’amélioration de la qualité de l’air dans la région de Manchester en diminuant le nombre de voitures sur la route et les embouteillages.

Face aux embouteillages et à la pollution atmosphérique que cela engendre, les dirigeants de Manchester City incitent leurs fans à venir au stade sans leur voiture personnelle. © DailyMail

Des indicateurs de mesure ont été mis en place afin de vérifier l’efficacité des actions. Le club connait exactement l’impact écologique de l’activité de ses fans, de ses employés, de ses joueurs… et reste à l’affût d’opportunités si le dispositif en place nécessite des ajustements.

À noter qu’avant l’apparition de la pandémie de Covid-19, les Skyblues avaient recours aux nouvelles technologies (visio-conférences), notamment pour les réunions d’affaires, impliquant une réduction des transports et de son empreinte carbone globale.

Gestion des déchets et du plastique

City a le désir de tendre vers le zéro déchet. Les employés ont des objectifs très concrets pour s’en rapprocher. Par exemple, sur l’année 2020, les impressions papier dans les bureaux administratifs ont chuté de 32%.

De nombreuses actions ciblent le plastique. Les Skyblues ont tout simplement abandonné le plastique à usage unique de toutes leurs opérations commerciales et événementielles. Aujourd’hui, le packaging plastique a été délaissé et le club incite l’ensemble de ses fournisseurs à en faire de même. Depuis 15 ans, ils n’envoient plus aucun déchet à la décharge. Soit ils sont réemployés, soit ils sont recyclés.

Des verres réutilisables ont remplacé les verres en plastique à usage unique dans les travées de l’Etihad Stadium. Ils sont exploitables une centaine de fois et entièrement recyclables à la fin de leur vie. Depuis l’instauration de cette mesure, 29 000 verres en plastique à usage unique ne sont plus jetés à chaque match à domicile, ce qui représente une économie de 800 000 verres par saison. Cette stratégie a engendré une diminution des déchets plastiques au stade de l’ordre de 2,4 tonnes par saison sportive.

“Je suis un verre réutilisable, ne me jetez pas à la poubelle”. Les verres réutilisables ont fait leur apparition à l’Etihad Stadium permettant de sauver 29 000 verres plastiques jetables à chaque match. © Manchester City

Le service restauration est aussi concerné par la réduction du plastique. Exit les pailles, les sachets de sauce ou autres couverts jetables. Place désormais à des zones de restauration sans le moindre plastique à usage unique. Face au succès observé de ce plan d’actions, le dispositif est désormais étendu à l’Académie et au centre d’entrainement.

Gestion de l’eau

La gestion de l’eau est une priorité absolue Outre-Manche. L’Agence de l’environnement au Royaume-Uni prévoit un manque d’eau d’ici 25 ans. Manchester City a réalisé un clip alarmant avec son partenaire Xylem en se projetant en 2045, dans l’optique d’alerter ses parties prenantes sur l’imminence du danger. Le club a un plan quotidien pour que ses équipes administratives et sportives préservent cette précieuse ressource. De telle manière que l’équivalent de 136 000 baignoires remplies d’eau ont été sauvées en 2020. Un guide réalisé en collaboration avec Xylem a été délivré aux écoles et aux communautés locales de manière à adopter les bons gestes.

« Avec une moyenne de 150 jours de pluie par an à Manchester, la problématique de la pénurie d’eau peut sembler lointaine, mais la réalité est que ces problèmes sont plus proches que nous le pensons. Quelque 3,6 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, vivent dans des zones où l’eau est rare. D’ici 2050, on estime que plus de 5 milliards de personnes pourraient souffrir d’une pénurie d’eau » souligne Joseph Vesey, vice-président Senior de Xylem.

Des systèmes de récupération d’eau de pluie, en plus de l’eau potable, ont été installés au sein de l’Académie afin d’assurer son autosuffisance en eau. Au stade, avec l’appui de partenaires clés comme Xylem, le club a testé le recyclage de l’eau de pluie collectée sur le toit pour remplir des bouteilles et servir au brassage de la bière. L’étude de faisabilité et la maximisation du potentiel de cette activation sont en cours.

Nourriture et localisme

Dans l’optique d’améliorer la qualité de son offre de restauration tout en limitant son empreinte environnementale, les Mancuniens s’attèlent à mieux gérer leurs stocks par l’intermédiaire de leurs prestataires. Les commandes sont plus réfléchies, ce qui a entrainé une diminution drastique des déchets alimentaires ces dernières années. Au self de l’Etihad Campus ou aux points de restauration de l’Etihad Stadium, des menus vegans et végétariens, conçus à partir de légumes cultivés localement, sont disponibles en quantité adaptée à la demande.

Alors que les régimes vegans et végétariens font partie intégrante de leur programme alimentaire, l’approvisionnement et la préparation de toute sorte de légumes locaux sont essentiels pour assurer une reconnaissance des parties prenantes internes (joueurs, staff, employés…) et externes (agriculteurs et producteurs locaux). La volonté de multiplier les relations commerciales avec les producteurs locaux en faveur d’une qualité accrue tout en agissant positivement sur l’économie locale est clairement affichée par les décideurs. Le localisme est d’ailleurs une requête prioritaire dans le cahier des charges des traiteurs mancuniens. Le prix d’achat de leurs aliments doit impérativement être équitable et respectueux du producteur.

Dans le cadre du programme BeCity, des visuels réalisés par les chefs sensibilisent les jeunes joueurs à la consommation de produits locaux de qualité. Les Citizens font appel à des agences locales pour cumuler leurs forces en vue de faciliter l’accès à la nourriture aux plus démunis dans la région de Manchester.

Sensibilisation des publics & communication

Le premier plan d’actions éco-responsable établi par le club est né en 2015. Il est depuis mis à jour chaque année. Des mesures d’impact permettent de l’adapter régulièrement afin d’être plus efficace et de garantir une amélioration continue. Cet agenda écologique est dorénavant utilisé par le City Football Group, qui détient le club, pour servir de guide référence et être appliqué aux 10 autres entités affiliées à travers la planète. Selon Pete Bradshow : « C’est important que tout le travail entreprit ces dernières années puisse bénéficier aux autres membres du groupe, que ces bonnes pratiques s’exportent à New York, à Melbourne ou à Yokohama. Ces actions ont une réelle incidence sur notre empreinte carbone »

Les supporters forment un cortège jusqu’à l’Etihad Stadium dans le cadre de “Walk to the match”, inauguré en 2020. © Manchester City

En dehors de la période de pandémie actuelle, le club communique auprès de ses fans à chaque match pour se rendre au stade en transport en commun, à vélo ou à pied. En janvier 2020, le dispositif « Walk to the match » a été inauguré. Concrètement, les spectateurs se rejoignent dans le centre-ville de Manchester et forment un cortège jusqu’au stade. Sur le chemin, des animations, des boissons et de la nourriture sont proposées, réunissant toutes les générations de supporters en les incitant à marcher au lieu de prendre leur voiture personnelle.

Les réseaux sociaux et le site internet du club sont les principaux outils de communication utilisés pour informer les fans et les communautés locales sur les mesures écologiques. Cependant, des webinaires et autres présentations sont organisés ponctuellement auprès des supporters et des activations autour du thème de l’écologie sont menées dans les établissements scolaires de la région.

Pour faire passer son message au plus grand nombre, le club est un membre actif du Manchester Climate Change Board en participant à de nombreux événements et conférences au niveau local, régional et national quant à l’engagement des communautés en matière de comportements responsables au quotidien. Manchester City a récemment fondé un réseau local, regroupant à ce jour 30 organisations spécialisées dans le sport et les loisirs. Le réseau SALSA (Sport And Leisure Sustainability Alliance) a pour vocation de partager les meilleures pratiques environnementales entre ses membres et d’être créateur de synergies autour de cette thématique.


Cette série contient 5 épisodes :

 

Réagissez !

Bravo !
3
J'adore !
2
Wow !
0
Mouais...
0
Antonin Delmas
Engagé auprès des clubs de football depuis plusieurs années, principalement autour des thématiques de communication, le sujet de la RSE est devenu central à la suite de la réalisation de mon mémoire de recherche de Master 2 sur ce thème. Devenu rédacteur pour Écolosport, j'espère vous informer au mieux des actualités RSE et écologiques du monde du sport pour que nous agissions ensemble en faveur de la planète.

Vous aimerez aussi

Dans la même rubriqueFootball

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *