Incubateur AFD Paris 2024 Ecolosport

L’Agence Française de Développement (AFD) et le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 se sont rapprochés pour lancer un incubateur destiné à mettre le sport au service des Objectifs de Développement Durable (ODD).

En 2017, à l’occasion de son discours à l’université de Ouagadougou, le Président Emmanuel Macron mettait en valeur les synergies qui existent entre le sport et le développement durable. « Le sport est un puissant vecteur de développement et de croissance des économies africaines. » Cette déclaration a encouragé le rapprochement entre l’Agence Française de Développement et le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 autour d’une volonté commune : utiliser le sport comme vecteur d’impact social, autour d’un incubateur.

Lors de la Global Sports Week 2021, Tony Estanguet, Président de Paris 2024 et Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD ont annoncé le coup d’envoi de cet incubateur. Depuis le mois de février, il permet d’accompagner 26 athlètes en activité ou retraités à porter leur projet d’entreprenariat à impact social et/ou environnemental par le sport, en France et en Afrique. L’objectif est de former une promotion chaque année.

Pendant 8 mois, les athlètes-entrepreneurs seront incubés pour concrétiser leur projet ou le construire, du début à la fin. Ils recevront notamment un accompagnement personnalisé via un mentor expert dans le secteur du projet, un coach expert pour les levées de fonds, ainsi que 3 bootcamps collectif d’une semaine. Des outils intéressants pour lancer des projets à impact autonomes et rentables.

Les athlètes participant à un bootcamp collectif organisé par l’incubateur

Faire émerger des projets à impact social et environnemental

L’intérêt de cet incubateur est de faire émerger des projets variés à impact social et environnemental à travers la France et dix pays d’Afrique : première piscine publique au Togo, développement du biogaz sur le marché africain, initiations au basket-ball ou encore académie de boxe pour gagner en confiance et en estime de soi… Autre exemple de projet intéressant : celui de Terrence Saramandif, canoéiste mauricien. A seulement 18 ans, il veut fabriquer des structures transportables et modulables, à partir du « recycl[age] de vieux conteneurs, pour les transformer en structure sportive ou structure de rangement/stockage, quasi autosuffisantes avec des panneaux solaires ou autres systèmes. » Selon lui, les deux opérateurs de l’incubateur « sont vraiment à l’écoute et aidant. La dynamique de groupe avec les autres entrepreneurs plus expérimentés est vraiment sympa et me met à l’aise ».

Les projets entrepreneuriaux par l’intermédiaire du sport tels que celui de Terence Saramandif, permettent d’avoir un impact sur plusieurs Objectifs de Développement Durable : éducation, santé, développement urbain et égalité femmes-hommes notamment. « Nous avons l’ambition de léguer un héritage fort de sens en soutenant la mise en place de solutions innovantes et pérennes à l’initiative des athlètes tout en leur assurant un rebond professionnel serein après leur carrière » explique Iris Bazin, Manager Inclusion, Egalité et Solidarité chez Paris 2024. Pour rappel, la moitié des athlètes français qui ont participé à Rio 2016 vivaient sous le seuil de pauvreté.

Terence Saramandif – © Photo : International Canoe Federation

L’incubateur se place dans une stratégie d’héritage

Ce projet porté par le COJOP de Paris 2024 et l’AFD se positionne dans une stratégie plus globale pour les 2 acteurs.

En effet, depuis quelques années, l’AFD utilise le sport comme un outil privilégié de développement et de cohésion sociale dans les pays en développement, grâce à différents partenariats (FIFA, NBA…). Pour Benjamin Coudert, chargé de mission en charge de l’incubateur au sein de l’AFD, « le sport est un levier d’action fort en faveur de la jeunesse et du développement économique et social. Il s’inscrit donc totalement dans l’activité de l’Agence Française de Développement en Afrique ». Ce partenariat entre l’AFD et Paris 2024 permet donc d’aller encore plus loin, avec l’objectif de faire passer des messages forts à la jeunesse sur les enjeux du développement durable, notamment en Afrique.

De son coté, Tony Estanguet explique : « Le partenariat avec l’AFD permet de déployer l’héritage des Jeux de Paris 2024 au niveau international, en cohérence avec l’esprit olympique et paralympique qui entend contribuer à la rencontre entre les peuples, à la paix et à la solidarité internationale ». Par ailleurs, l’objectif du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques est d’« organiser le premier évènement sportif mondial à contribution positive sur le climat ». En plus de limiter fortement sa consommation carbone, l’organisation de Paris 2024 veut quantifier l’impact social et économique des Jeux, pour comprendre l’impact des JOP sur la société. L’incubateur s’inscrit donc pleinement dans cette démarche.

D’ici 2024, d’autres initiatives seront lancées dans le cadre de cette association. Pour autant, la volonté pour l’Agence Française de Développement est de faire perdurer l’héritage et l’impact social des Jeux après 2024, avec d’autres partenaires tels que le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Dakar 2026, ou encore le CIO ou le CIP. L’incubateur représente un véritable tremplin pour la réalisation de projets sociaux durables en lien avec les défis de société actuels.

Réagissez !

Bravo !
7
J'adore !
2
Wow !
1
Mouais...
0
Hugo Saint-Martin
Engagé depuis le début de mes études dans le développement durable, je suis un fervent passionné de sport, et notamment de sport outdoor. Natif du Sud-Ouest, j'associe ici 2 de mes passions en montrant que le sport et l'environnement peuvent être 2 coéquipiers très complémentaires !

    Dans la même rubriqueJO 2024

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *