EcoAthletes Lewis Blaustein Ecologie Ecolosport

Alors que la plupart des institutions sportives et des gouvernements mettent du temps à transitionner vers un monde plus vert, le rôle des athlètes dans la course contre le changement climatique quant à lui grandit à toute allure. Nous avons rencontré Lewis Blaustein, le fondateur d’EcoAthletes, une organisation à but non lucratif qui propose des formations sur mesure pour les athlètes qui désirent s’engager à préserver notre planète.

Depuis 2005, Lewis Blaustein travaille en tant que consultant pour la transition écologique dans le domaine de la communication et du développement des affaires. Étant depuis le plus jeune âge un passionné de sport, il commence en 2011 à effectuer des recherches sur l’intersection entre le sport et l’environnement. Il découvre très vite que certaines initiatives existent déjà, telle la Go Green des Eagles de Philadelphie ou encore la Green Sports Alliance. Seulement, d’après lui, celles-ci ne sont pas réellement médiatisées.

Lewis Blaustein

En mai 2013, Lewis se decide donc à créer un blog dédié à l’intersection entre le sport et l’environnement, le Green Sports Blog. “J’ai voulu mettre mon expérience dans le domaine de la communication et de la durabilité au service du sport” nous explique-t-il. Au fil des années à écrire pour le GSB, Lewis identifie une multitude d’athlètes soutenant principalement des causes sociales, ce qu’il félicite. Seulement d’après lui, “nous n’avons pas encore trouvé le Mohammed Ali ou la Billie Jean King du changement climatique.”

C’est en voulant répondre à la question “Pour quelles raisons un grand nombre d’athlètes est engagé dans des causes sociales, mais encore trop peu dans la cause environnementale ?” que Lewis décide de créer EcoAthletes. Grâce à ses recherches et ses interviews d’athlètes, il se rend compte que la plupart d’entre eux décide de ne pas s’investir dans la lutte contre le changement climatique à cause d’un manque de connaissances dans le domaine et d’une peur que leur actions soient mal interprétées.C’est pour cela que nous avons créé EcoAthletes, pour former les athlètes à mener une action collective pour l’environnement.

EcoAthletes vient de célébrer son premier anniversaire. Aujourd’hui, l’organisation compte à son actif 36 champions dont 21 athlètes femmes et 15 athlètes hommes. Plus de 10 disciplines sportives y sont déjà représentées et ce, sur 5 continents. “Ce qui est le plus gratifiant, c’est qu’EcoAthletes soit devenu une communauté et que nos champions se connectent les uns aux autres” argue Lewis.

Le programme de formation d’EcoAthletes inclue notamment du coaching et du mentorat sur la communication environnementale. Leur programme approche également l’aspect après-carrière pour les athlètes retraités qui souhaitent travailler dans l’intersection du sport et de l’environment. L’ex-joueur de rugby à XV international français, Julien Pierre en est un bel exemple en devenant l’un des premiers champions en 2020.

julien-pierre-ecolosport

Les athlètes soucieux du changement climatique et actifs pour l’environnement sont au cœur de tout ce que nous faisons” explique Lewis Blaustein. L’objectif pour 2021 étant de recruter davantage d’athlètes au-delà de leur réseau existant. Pour cela, Lewis et son équipe ont créé un modèle de hub pour athlètes.

Ce hub permet de fournir aux athlètes les ressources nécessaires pour consolider leur engagement dans la lutte contre le changement climatique. Celui-ci propose des outils de communication, un forum de discussion, la création de nouveaux réseaux, de la visibilité auprès des médias ainsi qu’un support dans le développement de carrière. Pour son fondateur, il est important de pouvoir “améliorer la marque climatique de chaque athlète.” Il poursuit : “Je veux que les athlètes dirigent le mouvement pour pousser les sports à prendre des mesures climatiques sérieuses. Si les athlètes le font, cela signifie que les fans vont l’exiger ! Je veux que les athlètes soient associés à l’environnement sur le plan social et culturel.”

Grâce à l’engagement grandissant des athlètes, Lewis espère que les médias sportifs seront amenés à s’engager davantage sur ce sujet. “La plupart des fans consomment le sport sur leur téléviseur ou leur ordinateur. Les médias doivent donc s’engager sur le climat !” Il imagine déjà un monde où durant chaque mi-temps de grand matchs, les annonces publicitaires seraient dédiées à des produits ou services durables. Ou mieux encore, à des campagnes de sensibilisations sur l’environnement.

À ce jour, l’organisation EcoAthletes est composée d’une équipe expérimentée, d’athlètes et d’universitaires, de climatologues et d’écopreneurs, de chefs d’entreprises durables et de journalistes. Celle-ci est, selon Lewis, “dévouée à la formation des prochains Jackie Robinson et Megan Rapinoe de l’action collective pour le climat.”

Laurent Petit
Fondateur de l'application mobile Active Giving, je souhaite encourager un mode de vie actif, sain et conscient de la nature. Créateur de communautés dans le monde du sport ainsi qu'ambassadeur de marques je dédie mon temps à ma passion : le bien-être des personnes et de notre planète.

    Dans la même rubriqueOutils

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *