Euro 2020 Copenhague Ecologie Football Ecolosport

Copenhague, l’une des villes hôtes de l’Euro 2020, a fait de sa participation un défi écologique, la capitale danoise étant une référence dans l’organisation d’événements durables. Une oasis au milieu du désert ?

L’Euro 2020 est-il une hérésie écologique ? Sans aucun doute, oui. En cause, évidemment, les trop nombreux déplacements aériens aux 4 coins de l’Europe, de Séville à Saint-Pétersbourg, de Copenhague à Bakou. “Même si les Suisses sortaient en phase de groupes, un fan se déplaçant pour assister à chacun de leurs matchs parcourrait 13.115 km, soit presque 2 fois plus de kilomètres que lors de toutes leurs précédentes participations en Championnat d’Europe réunies (6.750 km en 1996, 2004, 2008 et 2016)”, écrivait la BBC il y a quelques jours. Une hérésie, donc.

Comme un symbole des dérives environnementales actuelles, le bilan écologique de l’Euro 2020 sera tout de même (légèrement) atténué par les restrictions sanitaires en vigueur, les fans n’ayant que peu de possibilités d’assister aux matchs de leur équipe et donc peu de raison de voyager à travers l’Europe. Parmi toutes ces aberrations, une ville hôte tente de se démarquer et d’accueillir ses 4 matchs de manière responsable, telle une oasis dans le désert : Copenhague.

Euro 2020 Copenhague Ecologie Football Ecolosport

Copenhague, “capitale verte” 2014, prête à accueillir l’Euro 2020 de football

La capitale danoise – désignée capitale verte de l’Europe en 2014 – accueillera les matchs du Groupe B, comprenant le Danemark, la Belgique, la Finlande et la Russie. Copenhague jouit d’une très belle réputation, celle d’une capitale à taille humaine, propre et sûre, celle d’une ville inclusive, responsable et qui sait organiser des événements sportifs mondiaux sans démesure, à la hauteur des enjeux actuels. “Nous nous concentrons sur la façon dont nous pouvons organiser un événement de grande envergure avec une empreinte carbone réduite”, a expliqué son maire, Frank Jensen, à l’AFP.

Fidèle à ses principes, la ville de 800.000 habitants souhaite adopter certains gestes – parfois assez simples – pour rendre l’événement le plus éco-responsable possible. Des gobelets recyclés seront utilisés, de la nourriture bio sera servie, l’utilisation de plastiques à usage unique sera fortement limitée et la bonne gestion des déchets sera accentuée.

Aucune construction n’est par ailleurs nécessaire au bon déroulement de l’Euro dans cette ville à Copenhague, les infrastructures étant d’ores et déjà appropriées. La capitale scandinave – où 40% des déplacements se font à vélo – a poursuivi ses efforts sur les transports publics, permettant aux habitants et touristes d’accéder facilement à l’ensemble de la ville. Le Parken Stadium, où aura lieu les matchs, a une capacité suffisante (38.000 places) et a été rénové pour la dernière fois il y a 12 ans. La non-construction de stades pour cette édition du Championnat d’Europe est une première et tend bien sûr à réduire l’impact écologique de l’ensemble de l’Euro 2020. L’UEFA s’est aussi engagée, pour compenser toutes les émissions émises lors de la compétition, à planter 50.000 arbres dans chacun des 12 pays hôtes… mais cela ne suffira évidemment pas.

À l’occasion de l’Euro 2020, Copenhague souhaite montrer la voie

Euro 2020 Copenhague Ecologie Football Ecolosport

© Febiyan / Unsplash

“Je pense que Copenhague peut montrer une nouvelle voie, de nouvelles façons d’accueillir des événements tout en restant responsable”, a déclaré Maria Figueroa, professeur à la Copenhagen Business School et membre du GIEC, à thelocal.dk. Elle poursuit : Dans le cadre d’un événement, vous avez besoin de manger, d’être logé, d’utiliser les transports. Dans chacun de ces domaines, il existe des opportunités de démontrer que la durabilité peut faire partie de votre vie.”

La capitale du Danemark, un modèle de ville responsable qui veut être neutre en carbone en 2025, souhaite accueillir d’autres événements sportifs de classe mondiale, et ainsi continuer à “montrer une nouvelle voie”. En effet, le pays a candidaté pour organiser l’Euro féminin de football en 2025 et la Coupe du monde féminine de football en 2027, cette fois aux côtés d’autres pays nordiques. Le Danemark accueillera aussi le grand départ du Tour de France en 2022, un nouveau défi écologique à relever au pays du vélo : au Danemark, on compte 4 fois plus de vélos que de voitures.

Michaël Ferrisi
Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Professionnel du digital dans le rugby, je connais l'environnement des organisations sportives, de ses acteurs et suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *