Média positif et engagé pour un sport durable

« Notre sport est en danger » : 170 skieurs appellent la FIS à agir pour le climat

FIS Protect our Winters Julian Schütter Ecologie Ski Ecolosport POW
© Michael Kappeler/dpa
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Protect Our Winters Europe a publié une lettre signée par 170 skieuses et skieurs, appelant la Fédération Internationale de Ski (FIS) à davantage d’actions pour le climat.

Les sports d’hiver sont largement impactés par le changement climatique. Manque de neige ou conditions météorologiques extrêmes, les pistes ne sont pas toujours praticables et les compétitions sportives en pâtissent chaque année davantage. Cette perte d’enneigement affecte bien plus que les activités sportives hivernales. Elle met en péril près de 2 milliards de personnes, qui dépendent de la neige ou de l’eau de fonte des glaciers pour leur approvisionnement en eau. C’est avec ce constat alarmant que l’ONG Protect Our Winters a publié une lettre, rédigée par le skieur autrichien Julian Schütter et signée par 170 skieuses et skieurs, actuels ou à la retraite, dont les stars Mikaela Shiffrin, Aleksander Aamodt Kilde et Federica Brignone ou le Français Xavier De Le Rue. Cette lettre a été remise à la FIS à Courchevel, à la suite des finales de Descente Homme des actuels Championnats du Monde.

« En tant que communauté des sports d’hiver, nous devons prendre l’initiative dans la lutte contre le changement climatique et rendre notre sport neutre en carbone dès que possible » explique en substance la lettre, après avoir fait le constat des annulations plus fréquentes de compétition. « Bientôt, il ne sera plus possible de produire de la neige artificielle sur plusieurs sites habituels de Coupe du monde vu l’augmentation des températures. »

La FIS sommé d’agir rapidement

Cette lettre appelle la FIS à agir autour de quatre axes. Première action : que la FIS s’engage à atteindre la neutralité carbone pour toutes les opérations et événements d’ici 2035 ou avant. La deuxième : « créer une stratégie environnementale sur la manière d’atteindre la réduction des émissions de 50 % d’ici 2030, conformément à l’engagement pris dans le cadre du programme UN Sports for Climate Action, et la présenter au public avant le début de la saison 2024. » La troisième demande à la FIS de créer un département Développement Durable qui veille à ce qu’il devienne « un aspect clé de tous les processus et opérations de gouvernance, qui doit être contrôlé et certifié par un organisme indépendant. » Enfin, les signataires réclament de la FIS « une transparence totale ».

Les actions entreprises par la Fédération internationale sont jugées insuffisantes et pas assez transparentes par les athlètes qui concourent actuellement à Courchevel-Méribel. « Avec cette campagne, j’utilise mon cercle d’influence, mon influence en tant que skieur » explique Julian Schütter en marge de cette lettre, sur le site de POW. « Ce faisant, j’espère inspirer les autres à utiliser l’influence sur leur environnement, peu importe où ou quelle est la taille de leur réseau. »

En marge de sa médaille d’argent obtenue lors de la Descente Hommes, Aleksander Aamodt Kilde a assuré à l’AFP qu’il est « grand temps d’aborder ce sujet très important ». « On voit que le monde change, on voit également l’impact que cela a sur notre sport. Je veux continuer à faire ce que j’aime, nous devons faire de notre mieux pour que ça continue, mais je veux aussi que les générations futures puissent le faire. »

© Photo à la une : Michael Kappeler/dpa

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.