Média positif et engagé pour un sport durable

Rémy Descamps, footballeur et entrepreneur écolo

Rémy Descamps FC Nantes Doxa Ecologie Ethique Environnement football Ecolosport
© FC Nantes - Arnaud Duret
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Gardien de but du FC Nantes, en Ligue 1, Rémy Descamps est aussi un entrepreneur engagé. Il a co-fondé une marque de vêtements éthique, Doxa. Ecolosport s’est entretenu avec lui. Portrait.

Il est un oiseau rare, trop rare dans le milieu du football. À 27 ans, Rémy Descamps est le gardien de but titulaire du FC Nantes (Ligue 1), en l’absence d’Alban Lafont, blessé. Il est aussi très concerné par les problématiques environnementales, au point d’intégrer une éthique importante dans son projet entrepreneurial. Celui qui est notamment passé par le PSG, le LOSC, ou Clermont Foot, a co-fondé une marque de vêtements éthiques : Doxa. C’est d’ailleurs dans le centre de formation du club du Puy-de-Dôme qu’il a rencontré ses amis et associés d’aujourd’hui, Adrien Brun et Guillaume Marques, footballeurs aussi, à un niveau plus modeste.

« Tous les trois, nous avions les mêmes valeurs » nous précise Rémy. « Nous voulions entreprendre dans la mode, mais en répondant à certaines problématiques environnementales. Nous avons grandi avec les sujets écologiques en nous. » Cette sensibilité, il la doit à son éducation et à son parcours de jeune footballeur. Originaire du Nord, il est passé par une académie de gardiens à Bagnères-de-Luchon. Au coeur des Pyrénées, il prend conscience du dérèglement climatique et de certaines problématiques liées à la neige. À Clermont-Ferrand aussi. « C’est une grande ville mais c’est très vert, il y a les volcans… Nous avons baigné dans cette nature et nous nous retrouvions dans ces valeurs éducatives. »

Dans son quotidien, le gardien de but essaye de mettre en application ses principes – véhicule électrique, tri des déchets, réduction de sa consommation -, avec les contraintes de sa carrière. Il souhaite par exemple installer des panneaux solaires « mais ce n’est pas évident quand on est locataire et qu’on déménage souvent… »

Doxa, une marque minérale

Doxa s’est ainsi construit autour du ballon rond et de valeurs éthiques. Les trois fondateurs utilisent des teintures naturelles et minérales pour la création de leurs produits. « C’est l’usine avec laquelle nous travaillons au Portugal qui nous a montré ce que nous pouvions faire avec les minéraux » ajoute le Nantais. « Initialement, nous avions d’autres idées, nous voulions utiliser le marc de café ou la peau d’avocat pour en faire des teintures. Nous n’avons pas abandonné ce projet, nous le développons à côté avec des tests en laboratoires… »

Pas de Made in France, alors ? « Nous avons essayé mais l’usine avec laquelle nous discutions ne garantissait pas la qualité sur le long-terme. Quand on est une marque éthique, on doit proposer des produits de qualité et durables dans le temps. » Du coton bio, des teintures et sérigraphies minérales, une fabrication en Europe et des labels GOTS et Oeko-Tex Standard 100 : si l’empreinte environnementale de la marque clermontoise est très réduite, son engagement écologique est très sérieux.

« Se faire chambrer fait partie du jeu »

Avec cette aventure, Rémy Descamps se forge une solide expérience entrepreneuriale. Un premier pas qui en appellerait d’autres, cette fois dans le milieu du foot ? « Bien sûr. J’aimerais me servir de ma visibilité de footballeur pour montrer mes valeurs et la cause que je défends, l’écologie. » Une cause qui peut – naturellement – amener à quelques railleries dans le vestiaire. « Quand on est en minorité, c’est difficile d’exposer ses idées. Se faire chambrer fait partie du jeu, ce n’est pas quelque chose qui va m’arrêter (rires). Je respecte le point de vue de mes coéquipiers et je ne cherche pas forcément à les convaincre. Par contre, quand on prend l’avion pour aller à Paris alors que c’est tout aussi rapide en train, j’essaye de le dire, d’en parler au coach ou à la direction. »

Il poursuit sur ce point précis, qui fait très souvent débat dans le milieu du sport : « J’aimerais que certaines choses changent dans le football, et notamment les transports. J’aimerais que le train soit plus utilisé, mais j’ai conscience des enjeux de sécurité. » Si dribbler le changement climatique n’est peut-être pas sa spécialité, il essaye par contre de l’arrêter, bien solide sur sa ligne… de vêtements.

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.

Ne ratez plus rien et recevez le meilleur de l'actualité sport et écologie dans votre boite mail !
3s
Ne ratez plus rien et recevez le meilleur de l'actualité sport et écologie dans votre boite mail !