BeRugbe Ecolosport

Depuis 2016, la marque BeRugbe fabrique des ballons de rugby éthiques qui respectent les critères du commerce équitable. Philippe Leveau nous en parle.

Créé en 1996 et racheté par Philippe Leveau et son entreprise Unistade en 2015, BeRugbe équipe de nombreux clubs de PRO D2 ainsi que le Supersevens, avec un objectif responsable. En effet, la marque française propose depuis 2016 des ballons éthiques qui respectent les critères du commerce équitable. “Quand j’ai racheté BeRugbe en 2015, j’avais plusieurs projets en tête, explique le Directeur Général Philippe Leveau. Nous souhaitions rendre nos ballons éthiques, supprimer tous nos emballages en plastique, rester aussi compétitif que notre principal concurrent Gilbert, et aussi rendre nos ballons graphiques comme nous avons pu le faire lors du Supersevens.”

“Si le jeu nous oppose, le ballon est l’élément qui nous rassemble !”

La marque fabrique ses ballons en Inde, région reconnue pour la qualité de sa main d’oeuvre. Dès 2015, BeRugbe a entamé une démarche de certification et de traçabilité auprès du pionnier du commerce équitable Max Havelaar et son label Fairtrade. Le principe est de payer plus cher la fabrication de ses produits pour financer l’amélioration des conditions de travail dans les usines et apporter des services supplémentaires aux ouvriers, comme le passage régulier d’un médecin. “Cette filière est en danger car les volumes de ballons sont maigres. Jusqu’ici, personne ne souhaitait payer 20 centimes ou 2 euros de plus pour chaque ballon sous prétexte qu’ils étaient certifiés Fairtrade. Mais nous ne lâchons pas.” L’histoire semble donner raison à Philippe Leveau : les consommateurs, clubs comme supporters, se dirigent de plus en plus vers une consommation responsable et raisonnée.

La démarche éco-responsable de BeRugbe ne s’arrête pas à sa certification. La marque française a supprimé l’ensemble de ses emballages en plastique et a opté pour des tote bags pour la livraison de ses ballons ovales. De plus, toutes les encres utilisées sur les ballons sont non toxiques.

Dès lors, comment convaincre les clubs de rugby d’opter pour BeRugbe ? “Les clubs sont engagés dans des démarches RSE, explique Philippe Leveau. À ce titre, ils peuvent inclure dans leur politique d’achat des fournisseurs de ballons qui sont eux-même engagés dans des filières de commerce équitable. Cela compte dans leur bilan ! Sauf que, dans notre cas, nous venons contre l’avis du buteur, qui a souvent le dernier mot sur le choix du ballon, et contre la réalité économique des clubs, car nos ballons certifiés sont forcément un peu plus chers…”

Des ballons certifiés… mais pas que !

La marque BeRugbe ne fabrique pas que des ballons, mais aussi des accessoires et du textile, sur lesquels elle s’engage. “Sur la partie accessoires, les boucliers ou les sacs de plaquages sont fabriqués en France. Sur la partie textile sportswear, les produits sont certifiés Fairtrade ou à base de fibres bio. Nous lançons aussi nos premières chaussures hybrides, avec des composants au bilan recyclabilité plutôt bon et un partenariat avec les crampons Smart Power.”

Le recyclage, justement, est au coeur de la réflexion de Philippe Leveau. “Les ballons, comme les pneus de voitures, ce sont du caoutchouc chauffé. Ils sont donc compliqués à recycler !” Voilà un nouvel adversaire à plaquer dans les règles, pour BeRugbe.

Michaël Ferrisi
Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Professionnel du digital dans le rugby, je connais l'environnement des organisations sportives, de ses acteurs et suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Dans la même rubriqueBonnes pratiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *