100 km autour de Strasbourg Ecolosport

Sillonnant les routes alsaciennes depuis le lundi 26 avril sur son vélo solaire, Jérôme Zindy s’est lancé dans une aventure d’un mois intitulée « 100 km autour de Strasbourg ». À quelques jours de son départ, il avait pris le temps de nous expliquer plus en détails cette expédition atypique sur sa terre natale.

Soucieux de l’avenir de la planète et de l’impact de l’activité humaine sur la biodivesrtié, de plus en plus de citoyen.ne.s décident de se lancer dans de nouvelles aventures professionnelles en adéquations avec leurs valeurs. C’est le cas de Jérôme Zindy qui, après plusieurs années à travailler dans l’organisation de rallyes automobiles, a donné un nouvel élan à sa carrière via « Les Aventuriers », une structure réunissant des spécialistes de différents domaines (communication, web, vidéo…) pour concevoir et réaliser des projets à faible impact environnemental. Il nous raconte son deuxième “100 km autour”.

Comment êtes-vous passé du sport automobile à la création de voyages sportifs éco-responsables ?

Jérôme Zindy : À travers mes études en école de commerce, j’ai découvert le raid automobile. Pour le passionné d’aventure que je suis, ce fût une vraie révélation et, pendant 10 ans, je me suis lancé à fond dans les rallyes au milieu du désert marocain notamment. Ces années ont été géniales, elles m’ont permis de me rendre dans divers coins du monde mais, petit à petit, une prise de conscience de mon impact sur l’environnement a pris le dessus, m’amenant  à réinventer ma façon de voyager. J’ai même eu une période très compliqué en était coincé entre mes envies d’aventures et mes convictions écologiques grandissantes.

En 2018, j’ai donc décidé de créer mes propres escapades dont la première fût « 100 km autour d’Avignon » qui se déroula en juillet 2020. L’objectif : montrer qu’on peut vivre un beau voyage juste en ouvrant sa porte. Pendant 12 jours, je suis parti à la rencontre de producteurs locaux avec mon vélo électrique solaire. « 100 km autour de Strasbourg » est donc la suite logique et une belle façon de faire un clin d’œil à ma région natale.

Expliquez-nous ce nouveau projet ?

Jérôme Zindy : Cette fois-ci, je pars pour 23 étapes, sur le même principe qu’Avignon, mais avec un peu plus de moyens. L’équipe est élargie puisqu’en plus du caméraman Bertrand Charron, le photographe Nicolas Jahan sera également à mes côtés, tous deux en vélo électrique bien entendu. Il y aura aussi Olivier Laurenti, un monteur vidéo qui nous suivra en voiture électrique. La présence de ce dernier va nous permettre de publier tous les jours un résumé de nos étapes sur les réseaux sociaux. Tout comme moi, ces personnes ont voulu réinventer leur métier et elles se retrouvent pleinement dans ce projet

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre vélo solaire ?

Jérôme Zindy : Au début de ma réflexion, je voulais partir à pied mais je ne trouvais aucune solution pour transporter mon matériel photo et vidéo. Je suis donc arrivé à la conclusion qu’il me fallait un vélo électrique, c’est alors que j’ai découvert la version « solaire ». Au-delà de son faible impact, ce moyen de locomotion à la particularité d’éveiller la curiosité des personnes que je croise. Je suis donc allé voir Guillaume Devot, de Déclic-éco, pour qu’il me fabrique ma monture.

100 km autour de Strasbourg Ecolosport

© Les Aventuriers

Et comment avez-vous préparé cette aventure strasbourgeoise ?

Jérôme Zindy : L’un des messages forts que je souhaite délivrer est le retour aux circuits courts. À travers les vidéos, on peut découvrir les personnalités des producteur.rice.s, leurs savoir-faire mais aussi leur savoir-vivre. Par exemple, lors de mon expédition autour d’Avignon, j’ai mis en avant un producteur de riz en Camargue. Pourquoi partir voir les rizières à Bali tant qu’on n’a pas rencontré les riziculteurs en France ?

Pour les « 100km autour de Strasbourg », le tracé a été élaboré en collaboration avec les acteurs du tourisme alsacien (Alsace Destination Tourisme ainsi que 18 Offices du Tourisme) qui sont dans une démarche de développement durable. Ils m’ont aussi aidé dans le choix des producteurs, l’idée étant de proposer une diversité d’artisans et de promouvoir plusieurs corps de métier (apiculture, maraîchage, poterie, pêche…) dont certains tendent à disparaître. Des partenaires privés viennent aussi soutenir ce projet, que ce soit sur le plan financier ou matériel. Sur ce point, j’ai exigé d’être accompagné par des entreprises ayant engagé leur transition écologique avec des actions concrètes.

100 km autour de Strasbourg Ecolosport

© Les Aventuriers

Des prochaines aventures sont déjà dans les cartons ?

Jérôme Zindy : Pour le moment non, même si je sais qu’il y en aura d’autres. Peut-être qu’elles prendront un nouveau sens, à pied ou en train par exemple. Mais de tels projets demandent une préparation minutieuse notamment dans la recherche de soutiens financiers.

Il y a également l’Odyssée solaire, un tour de France des initiatives durables où je prévoyais de dormir chez l’habitant. Hélas, j’ai dû rapidement le suspendre à cause de la crise sanitaire mais je reprendrai ce projet axé autour de la mobilité douce et de la « vélorution » dès que je le pourrai.

© Photo à la Une : Les Aventuriers

Eddy Klemenczak
Spécialisé dans le secteur de l'événementiel, passionné de sport et engagé dans la protection de l'environnement au quotidien, je suis convaincu que le mouvement sportif, de part sa capacité à rassembler et à influencer, se doit d'être un acteur majeur de la transition écologique.

    Dans la même rubriqueAventure

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *