Resport Recyclerie Sportive Sport Ecologie Lille Ecolosport

Ce n’est pas la première fois que notre média décide de parler des recycleries du sport. Et pour cause : il y en a toujours plus ! En témoigne l’ouverture, début 2022, de Resport, une recyclerie solidaire à Lille.

Lorsque l’on interroge Jean-Luc Vandeweghe, directeur de Resport, recyclerie du sport à Lille ouverte depuis fin janvier 2022, sur ce qui l’a convaincu de s’investir sur ces sujets, ce dernier nous explique : « Je voulais trouver une formule professionnelle qui me convenait vraiment. Or, j’ai toujours fais de la seconde main, j’y ai toujours été sensible. Ce que j’aime, c’est transformer du matériel qui peut paraître anodin et qui, finalement, si on s’y intéresse d’un peu plus près, peut encore être très utile« . C’est là tout l’objectif des recycleries : nous faire changer de vision quant à notre rapport aux objets. Ce n’est pas parce que ces derniers nous semblent sales, vieux, usés, qu’ils n’ont plus de valeur.

Aujourd’hui, Resport est un projet global : écologique, car il a permis de
récupérer 8 tonnes de déchets sportifs dont une grande partie est aujourd’hui revaloriser, et également économique et social. Il permet ainsi de faire travailler 3 personnes en insertion professionnelle, de s’investir dans les projets éco-citoyens de la région lilloise, mais aussi de proposer des articles à moindre coût, permettant à une population au faible pouvoir d’achat de pouvoir s’en procurer. Une grande partie du travail quotidien de Resport est la sensibilisation, insiste Jean-Luc : « C’est une partie très importante, on explique pourquoi c’est vertueux pour tout le monde, on met des panneaux d’informations, on explique notre concept. »

Les objectifs de Resport ne s’arrêtent pas là : à court-terme, l’ambition serait d’ouvrir une salle de sport solidaire, peu chère et composé de machines revalorisées. Ils aimeraient également développer les interventions dans les écoles et continuer les débats écocitoyens dans le domaine du sport et des loisirs et enfin développer un web marchand. Le tout dans l’objectif constant de repenser notre mode de consommation. En effet, la consommation exacerbé de ces dernières décennies nous a fait occulté le rapport temps/usage naturel. Jean-Luc le résume d’ailleurs très bien : « C‘est notre métier de (re)prendre le temps. » Avant de conclure : « La seconde main, ce n’est pas un modèle à la mode : c’est un besoin. »

Il faut se dire que les déchets des uns peuvent-être les ressources des autres.

Ce métier, c’est aujourd’hui celui de plus en plus de personnes. En effet, les recycleries ne cessent de fleurir un peu partout en France. En 2017, 2 400 recycleries (de tous types) recensées dans le pays employaient 21 000 salariés, rassemblaient plus de 16 000 bénévoles et leur chiffre d’affaires s’élevait à 400 millions d’euros. C’était en 2017… Depuis, tout s’accélère. Ce n’est donc que le début. Aujourd’hui seulement 10 à 12% des 100 000 tonnes de déchets sportifs par an sont revalorisés : l’enjeu est encore de taille et il y a encore de la place…

Étudiante en politiques publiques et stratégies des organisations sportives, je suis convaincue du rôle sociétal du sport et de sa portée universelle. Véritable outil au service de problématiques plus transversales, le sport est selon moi une des réponses à la transition écologique.

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport