Cet été, Cyrille Papon de l’association « Souriez, vous pédalez ! » a rencontré la Velove Family. Mais leur voyage sur les pistes cyclables françaises était loin d’être le premier…

Valérie, animatrice numérique dans une MJC et Christophe, directeur d’établissement médico-sociaux ont décidé, en 2019, de tout quitter et partir à l’aventure pendant un an avec leurs trois enfants : Lalie, Esteban et Naïa respectivement âgés de 9, 7 et 2 ans au moment de leur voyage.

Une passion pour le « voyage »

En 2001, Christophe avait déjà décidé de faire un tour du monde à vélo pour rencontrer des associations de lutte contre la sclérose en plaques. Le couple partait souvent en vacances à vélo et au fur et à mesure des naissances de leurs enfants, ils n’ont pas changé leur habitude, au contraire. Ils avaient le souhait de leur transmettre certaines valeurs ainsi que de leur montrer la diversité du monde.

Le projet d’un grand voyage à vélo en itinérance familial a germé pendant 2 ans.  Dans ce type d’expérience, Valérie et Christophe estimaient la vulnérabilité qu’ils allaient vivre intéressante : le fait de chercher de l’eau potable, de ne pas savoir où dormir du jour au lendemain, aller à la rencontre de la population locale, etc.

L’itinéraire

La Vélove family est partie le 4 mai pour l’Amérique Latine où ils ont traversé le Chili, l’Argentine, la Bolivie, le Pérou, y compris la Cordillère des Andes. Ensuite, ils ont pédalé à travers l’Amérique centrale en passant par le Mexique, Belize, Guatemala, Salvador, Nicaragua et le Costa Rica. Pour leur périple, la famille ne s’est fixée qu’une seule règle : ne jamais refuser une invitation.

Sur le continent américain, la famille n’a quasiment jamais payé pour dormir. Elle a apprécié l’accueil bienveillant des populations locales, où elle a trouvé refuge dans des tentes, des églises, des écoles ou encore dans des casernes de pompiers qui ont pour tradition d’accueillir les voyageurs itinérants.

Ensuite, la Velove Family s’est envolée pour l’Asie du Sud-Est où elle a parcouru la Thaïlande, le Laos et le Cambodge où cette fois, elle a eu l’occasion de dormir dans des temples.

Au total, la famille est quand même montée jusqu’à 4000m d’altitude à vélo avec des vélos pesant plus de 80kg et 120kg. Malgré la lourdeur du matériel à transporter, la règle d’or était de tout simplement s’adapter, s’écouter et ralentir si le besoin s’en faisait ressentir. Christophe le rappelle, le vélo est une école de confiance en soi et d’adaptabilité.  Sans aucune planification mis à part le billet d’avion pour Santiago de Chili, l’itinéraire était donc adapté selon la forme du jour, des rencontres et des conseils des populations locales.

Les applications OsmAnd et Maps me ont cependant été de fidèles compagnons de voyage.

Organisation et matériel

On pourrait trouver cela étonnant : 1 an de voyage à vélo, une famille de 5 personnes et aucune galère : ni maladie ni accidents… seulement sept crevaisons et une casse d’un rayon.

La Velove family progressait avec des tandems sur lesquels les enfants pouvaient également pédaler. Ce type de vélos offre à la fois le plaisir de partager l’effort et surtout d’être dans une réelle proximité ; ce qui était recherché afin d’étendre l’émerveillement des enfants tout au long de la route et pouvoir échanger avec eux sur les réflexions qu’ils ont pu développer au fil du voyage.

Une école (de vie) pour les enfants

Christophe et Valérie ont dû déscolariser leurs enfants… ou plutôt « alterscolarisés », dans le sens que leur apprentissage pendant un an a été celui de la vie, de la géographie et des inégalités, et ce, de façon concrète. Les enfants ont appris à parler espagnol en deux mois à peine et étaient même capables de discuter avec les enfants locaux.

Une heure par jour était dédiée au programme scolaire avec un accent mis sur les maths et le français car les autres matières telles que l’anglais, la géographie ou l’espagnol étaient naturellement travaillées au quotidien. Et pour ce qui concerne les maths, les exercices de calculs se faisaient souvent sur le nombre de kilomètres parcourus…

Une expérience accessible à tous

Selon Christophe, pas besoin d’être sportif. Être physiquement apte suffit, à condition d’adapter son rythme. En ce qui concerne le financement, les choses coûteuses étaient le matériel, les billets d’avion, les assurances ainsi que certaines visites touristiques. Le budget total pour la famille de cinq tout compris s’est élevé à 25 000 euros. En Asie par exemple, la nuit leur coutait 5 euros en moyenne.

Plus beau souvenir ?

Difficile à dire pour Christophe…. Les rencontres ont été tellement riches et singulières avec les habitants locaux et d’autres voyageurs à vélo, ou encore celles faites dans leur expérience de woofing en Bolivie dans une ferme agroalimentaire.

Pour les parents, leur plus beau souvenir est simplement celui d’avoir passé une année avec leurs enfants en initiant leur éveil quotidien et progressif par le voyage au sens large du terme : Éveiller leur curiosité, leur faire voir le monde et les faire se rendre compte de la réalité du monde.

Si vous souhaitez en savoir davantage…La Velove family a retranscris son incroyable excursion à travers un livre « A vélo sur le chemin du Monde » dont le titre en résume bien la philosophie. Un film est régulièrement présenté dans différents festivals. Vous pouvez également retrouver des vidéos et les articles écrits quotidiennement sur leur blog.

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport