Leader du foot à 5 en France, la franchise UrbanSoccer s’engage encore plus dans une démarche qui vise à réduire son impact environnemental et énergétique.

Sobriété énergétique et réduction des émissions de gaz à effet de serre : voici ce qui semble être les deux priorités des centres UrbanSoccer, et qui en fait aussi son actualité. En 2019, déjà, la franchise réalisait un large bilan carbone (scope 3) de ses 30 centres. L’étude montrait que la majorité des gaz à effet de serre émis provenait, fort logiquement, des déplacements en voiture des clients : 5.620 tCO2 sur les 9.400 tCO2 au total. Forcément, pour réduire ces fortes émissions, UrbanSoccer s’est dirigé vers le covoiturage et vers un acteur en plein développement : StadiumGO. Ce dernier a développé la plateforme de covoiturage du premier, permettant aux clients de joindre protection de l’environnement, économies financières (sur le carburant et la partie) et convivialité.

D’autres actions sont en cours ou à venir, selon la franchise. La réduction des bouteilles en plastique et la mise en place de fontaines et de gourdes en est une première, au même titre que la mise en place d’une alimentation bio pour les enfants ou du remplacement de la vaisselle jetable par de la vaisselle compostable sur les événements. UrbanSoccer souhaite aussi implanter des mini-forêts autour de ses centres, et recycler ses plus de 4.000 ballons usagés chaque année – action que peut d’ailleurs réaliser Vista Ballon.

Cette stratégie éco-responsable s’intègre dans une plus large stratégie RSE, où le sport-santé, le bien-être, la cohésion et l’inclusion prennent place. Des partenariats avec les associations Un Sport dans la Ville, Manita, Cami Sport & Cancer et Telethon ont été noués. UrbanSoccer participe aussi au programme UEFA Playmarkers et développe le cécifoot, la pratique du football pour déficients visuels.

UrbanSoccer s’adapte au plan de sobriété énergétique

Cette stratégie intègre également la performance énergétique. En ce sens, la franchise travaillait déjà au « relamping » de ses centres avec des ampoules LED basse consommation. Depuis le lancement du Plan de sobriété énergétique du Ministère des Sports, UrbanSoccer a déployé un certain nombre de gestes à effectuer par chacun de ses centres et de ses employés.

Plusieurs actions sont ainsi évoquées : extinction systématique des éclairages sur les terrains non-occupés – ce qui n’est pas toujours le cas dans les centres de foot à 5 ; consigne basse pour tous les chauffages des centres – 21°C dans les vestiaires, 18°C dans les autres pièces ; économies d’eau chaude – en baissant la température de l’eau chaude à 37°C et des chauffe-eau à 60°C ; installation de capteurs de mouvements dans les vestiaires et sanitaires ; remplacement des équipements anciens avec des matériaux mieux classés énergétiquement…

Ces gestes, parfois anodins mais importants, doivent permettre aux 31 centres UrbanSoccer et aux 100.000 joueurs hebdomadaires d’avoir un impact réduit lors de la pratique du foot à 5, toujours plus plébiscitée.

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport