Média positif et engagé pour un sport durable

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Coupe du monde de football : des joueuses s’engagent à réduire leur empreinte carbone

Coupe du monde de football 44 joueuses réduire empreinte carbone écologie football Ecolosport
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Quarante-quatre joueuses engagées dans la Coupe du monde de football en Australie et Nouvelle-Zélande (20 juillet – 20 août) ont décidé de compenser l’empreinte carbone causée par les voyages en avion par des dons à des projets de protection de l’environnement.

La Coupe du monde de football débute ce jeudi en Australie et en Nouvelle-Zélande. Bien au-delà du prestige que représente cette compétition, partir jouer au football à l’autre bout du monde pose un certain nombre de questions sur le plan environnemental. Ainsi, sous l’impulsion de l’internationale danoise Sofie Junge Pedersen accompagnée notamment de la Canadienne Jessie Fleming et l’Italienne Elena Linari, quarante-quatre joueuses se sont engagées à prendre des mesures climatiques pour compenser l’empreinte carbone des vols effectués jusqu’à destination.

Pedersen : « Un héritage environnemental positif »

Avec Common Goal, le mouvement collectif social et environnemental du football mondial, et Football For Future, l’organisation britannique à but non lucratif de football de défense du climat, elles se sont engagées à calculer en tonnage carbone l’impact environnemental de chaque vol. Les joueuses feront ensuite don de l’argent à des initiatives de résilience climatique et de compensation carbone gérées par le WWF et DanChurchAid.

« Je veux m’assurer que mon expérience en Coupe du monde aura un héritage environnemental positif, a déclaré Pedersen dans les colonnes de The Guardian. Le changement climatique est le plus gros problème auquel l’humanité est confrontée et je veux faire partie de la solution. Bien qu’il n’existe pas actuellement de solutions durables pour l’aviation, en tant qu’acteurs, nous donnons l’exemple et faisons un pas tangible dans la bonne direction. »

Linari : « Ensemble, nous pouvons changer le monde »

Les joueuses soutiendront trois projets à travers leur initiative : le projet koala du WWF, le projet côtier du WWF et le projet de plantation d’arbres en Ouganda. « Common Goal vise à inspirer chaque partie de l’écosystème du football à collaborer pour un avenir égal et durable, explique le reponsable de la durabilité et de l’environnement de Common Goal, Jérémy Houssin dans le journal britannique. De plus en plus, la nouvelle génération d’actrices et d’acteurs du football cherche tous des moyens d’intégrer l’action environnementale à tous les niveaux du sport. »

Pour la Transalpine Elena Linari, « le fait qu’il s’agisse d’une initiative dirigée par des joueuses est inspirant. Comme toutes les joueuses, je me concentre sur le fait de faire de mon mieux à la Coupe du monde. Mais je veux aussi reconnaître que le football a un impact sur la planète, et surtout, faire quelque chose de concret à ce sujet. Ensemble nous pouvons changer le monde. »

Photo à la Une : © FIFA

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email
Picture of Loic Feltrin
Loic Feltrin

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.