Média positif et engagé pour un sport durable

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les balles de tennis réutilisées pour du mobilier d’intérieur avec CFV

CFV balles de tennis padel mobilier bancs tabourets éco-conception Ecologie Ecolosport
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

L’entreprise CFV veut donner une seconde vie aux balles de tennis usagées. Claude Luthar, son créateur, se sert des balles jaunes pour créer du mobilier d’intérieur.

Donner une seconde vie aux balles de tennis est un sujet majeur au sein du milieu de tennis, tant leur nombre est colossal. Leur production mondiale annuelle est estimée à 325 millions d’unités, dont 15 à 17 millions sont consommées chaque année en France. La FFT s’est emparée du sujet il y a quelques années en créant l’opération Balle jaune, qui transforme ces balles en sols sportifs. Un autre projet est récemment né, créé par Claude Luthar. Avec son entreprise CFV, il réutilise les balles de tennis pour éco-concevoir du mobilier d’intérieur : bancs, chaises, tabourets…

“Un matin de novembre 2022, en passant devant mes cartons de balles déjà utilisées dans mon garage, je me suis assis sur mon banc en bois et là… l’idée m’est venue de créer des bancs avec toutes ces balles” a détaillé Claude Luthar à Padel Magazine au printemps dernier. L’entrepreneur basé à Reims se fournit dans les clubs de tennis et de padel, dont la pratique a explosé en France ces dernières années.

Une éco-conception 100% française

Tout le processus de création est respectueux de l’environnement. Les produits sont effectivement fabriqués en France, en collaboration avec des entreprises locales, sans utilisation de plastique ni de peinture à solvant. “La structure des bancs et des chaises est en acier, le design est épuré” ajoute cet enseignant en construction mécanique dans un lycée professionnel. CFV garantit par ailleurs le confort de ses assises, désormais protégées par un brevet.

Référencé sur Proshop FFT, la plateforme d’achat de la Fédération Française de Tennis, CFV compte des clients assez variés. “On retrouve les clubs de tennis et de padel, les grandes enseignes sportives, les collectivités, et même certaines salles d’attente de kinés.” Comptez 275€ pour un tabouret ou une chaise ou 530€ pour un banc 2 places dont le dossier est une bâche publicitaire. C’est en effet une autre bonne nouvelle pour les organisations sportives : les bancs et chaises peuvent aussi devenir des supports de publicité et ainsi être financés par des partenaires.

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.