Média positif et engagé pour un sport durable

En 2024, sept championnes intègrent le collectif « Capitaines Sport Planète »

Capitaines Sport Planète MAIF Elodie Clouvel Sport Ecologie Ecolosport
© Getty Images - 2021
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Cette année, le mouvement Sport Planète de l’assureur MAIF s’enrichit de sept championnes de six disciplines différentes, pour sensibiliser le monde du sport aux enjeux environnementaux. Elles sont les « Capitaines Sport Planète ».

Elles s’appellent Charlotte Bonnet (natation), Marine Boyer (gymnastique), Elodie Clouvel (pentathlon moderne), Sandrine Gruda (basket-ball), Mélina Robert-Michon (athlétisme), Claire Supiot-Garçon (para-natation) et Chloé Trespeuch (snowboard). Elles, ce sont les « Capitaines Sport Planète », recrutées par l’assureur MAIF pour poursuivre le travail de sensibilisation entrepris par son mouvement, il y a plus de 4 ans. Ces 7 championnes doivent permettre, à travers leur engagement et leurs prises de parole, d’entrainer leur communauté dans le développement de nouveaux comportements et à « l’éveil des esprits sur les enjeux climatiques ».

Le collectif cumule 22 sélections olympiques pour des Capitaines qui ont passé en moyenne 15 années en équipe de France, et qui sont des références dans leur discipline. C’est cette notoriété qui sera mise au service de la préservation de l’environnement, tout au long d’une année particulière pour le sport français. Dès le 28 janvier prochain, date du premier rassemblement des « Capitaines Sport Planète », 2 024 arbres seront plantés sur le Golf National, à Saint-Quentin-en-Yvelines, pour souhaiter à tous « une belle année de sport, sans jamais oublier de prendre soin de notre planète ».

Des Capitaines de 23 à 55 ans

Capitaines Sport Planète MAIF Elodie Clouvel Sport Ecologie Ecolosport
© Jeremy Suyker

Toutes sensibles aux liens entre sport et environnement, elles seront néanmoins sensibilisées aux enjeux, grâce notamment à la Fresque du Sport développée par le CDOS 78. « Je suis très connectée à la nature » confie Elodie Clouvel (34 ans), vice-championne olympique 2016 de pentathlon moderne. Elle poursuit : « La nature est aussi indispensable pour me ressourcer, me régénérer, me reconnecter à la terre. Mais je constate que ces milieux naturels se dégradent au fil du temps. J’aimerais que la MAIF puisse me guider vers les bonnes pratiques pour réduire mon impact écologique et préserver au mieux ces espaces. Je pourrai ensuite transmettre ces pratiques aux jeunes générations. »

La plus jeune des Capitaines a 23 ans, elle s’appelle Marine Boyer et est médaillée de bronze aux Championnats du monde de gymnastique 2023. La doyenne du collectif, Claire Supiot (55 ans), est une nageuse olympique (JO 1988) et paralympique (JP 2020) et est maman et mamie. « Transmettre chez moi, c’est une deuxième nature. Laisser un héritage c’est quelque chose qui correspond à mon âge. Faire attention à la planète, je reste persuadée que c’est par l’éducation qu’on peut le faire, et ça ce sont des mots forts pour moi. » Autre mère de famille du collectif : Mélina Robert-Michon (44 ans), vice-championne olympique 2016 au lancer de disque. Elle témoigne : « Le sport de haut niveau peut parfois paraître assez futile. Être Capitaine Sport Planète, c’est l’occasion d’être utile, d’avoir un vrai rôle. Cela me plaît de pouvoir montrer la voie, de partager. Le partage permet d’apprendre des autres et souvent de gagner du temps. »

Parmi les sportives engagées pour la protection de l’environnement, le nom de Chloé Trespeuch (29 ans) ressort forcément. Vice-championne olympique de snowboard, elle constate les nombreux effets du changement climatique en montagne. « Il y a de plus en plus de pollution dans les montagnes, de mégots sous les télésièges, des hivers plus courts, des changements brutaux de température. Tout cela m’alerte au point d’avoir fondé l’association Eco-Globe qui me permet de sensibiliser et agir le maximum de monde. »

« Je collabore avec la MAIF depuis 2019, notamment en faveur de la préservation de l’eau » poursuit la nageuse Charlotte Bonnet (29 ans), qui intègre logiquement cette équipe de championnes. « Avec les ramassages de déchets sur les plages et dans l’eau que j’ai effectués à plusieurs reprises, j’ai pris conscience des dégâts causés par la pollution. » C’est dans cette même idée de continuité que la MAIF a intégré la capitaine de l’équipe de France féminine de basketball, Sandrine Gruda (36 ans), alors que l’assureur soutient fortement la Fédération française de basketball. Toutes jouent désormais dans la même équipe, celle du sport et de la planète.

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.

Ne ratez plus rien et recevez le meilleur de l'actualité sport et écologie dans votre boite mail !
3s
Ne ratez plus rien et recevez le meilleur de l'actualité sport et écologie dans votre boite mail !