BasketEntretiensSérie Match for Green

Série « Match for Green » – 7/7, Partie 1 : L’efficace label Citoyen de la Fédération Française de Basket-ball

7 semaines, 7 sports ! Chaque semaine jusqu’à la fin du mois d’août, et en collaboration avec Match For Green, Ecolosport parcourt les bonnes pratiques au sein de 7 sports différents. Pour cette dernière semaine, nous nous intéressons au label FFBB Citoyen de la Fédération Française de Basket-Ball qui pousse les clubs à agir sur le terrain du développement durable !

Il y a 20 ans, la Fédération Française de Basket-Ball a élargi son champ d’action pour accompagner les clubs en dehors des terrains. Celle-ci décide d’introduire le développement durable.

Nous avons échangé cette semaine avec Damien Simonnet, président de la commission fédérale Démarche Citoyenne et Philippe Caballo, responsable du service Territoires de la fédération sur la création du label FFBB Citoyen. Tout au long de cette première partie, nous nous attardons sur les bonnes pratiques de nos clubs français.

Pouvez-vous nous raconter l’origine du label ?

Le label FFBB Citoyen est né en 2013 pour poursuivre la démarche développement durable enclenchée par la Fédération quelques années auparavant. Dès 2008, la Fédération a introduit le développement durable dans sa gouvernance en créant une mission au sein du comité directeur fédéral. Nous avons été parmi les premiers à faire notre bilan carbone en recrutant un salarié dédié à l’époque. Cela s’est matérialisé par la prise en compte de cette dimension dans l’organisation des Mondiaux féminins U17 à Toulouse et Rodez en 2010 et de l’Euro féminin en 2013, deux manifestations sportives labellisées éco-responsables.

Suite au succès de ces championnats, nous avons pris la décision de formaliser un label à l’aube de la saison 2013/2014. Celui-ci a été rénové en 2017-2018 pour élargir son champ d’action en intégrant quatre autres thématiques : Éthique et Respect, Intégration et Diversité, Solidarité et Partage, Pratique Féminine et Féminisation. Il est également devenu le Label FFBB Citoyen MAIF, la MAÏF étant devenue notre partenaire sur ce label. Elle choisit parmi les dossiers déposés le “coup de cœur”. L’heureux élu touche 1 500€ en plus d’avoir le droit d’utiliser notre charte graphique dédiée (bannière, logo, diplôme).

L’Agenda 21 édicté par le Ministère des sports nous a servi de boussole et nous avons ratifié la Charte des 15 engagements éco-responsables des organisateurs d’événements sportifs le 13 juin 2019.

L’objectif de ce label est triple : récompenser les clubs engagés, inciter les autres, donner des clefs à nos clubs pour aller chercher des subventions (directes ou indirectes) auprès des collectivités locales mais aussi de partenaires privés.

Quels sont les actions les plus marquantes menées par les clubs ?

105 clubs sont aujourd’hui labellisés, nous avons donc quelques exemples !

Saluons le travail des clubs vendéens qui ont accompagné le comité à interdire les bouteilles d’eau et reçu 10 000 gourdes du Conseil Départemental de Vendée, le Paris Lady Basket qui organise des collectes d’équipements sportifs pour les redistribuer gracieusement en Afrique, le PLC Auray qui nettoie régulièrement les plages ou encore le JL Bourg, club de Jeep Elite qui privilégie une alimentation locale à travers des food trucks !

Le coup de cœur de la MAÏF a été attribué cette année au Basket Club de l’Etoile dans les Bouches du Rhône qui a œuvré sur tous les terrains : éco-cup, mini-bus en covoiturage, poubelles de tri, goûters fournis en produits locaux, dématérialisation de la partie administrative, Guide de l’Eco-basketteur, grosse campagne d’affichage partout dans les salles pour rappeler les bons gestes. Retrouvez le détail de toutes ces actions ici.

Basket-Ecolosport-FFBB

Un joueur du Cholet Basket répondant aux questions de jeunes au sujet de l’engagement citoyen du club de Jeep Elite

D’une manière plus générale, l’ensemble de nos clubs ont réalisé d’importantes économies de papier : les feuilles de marques sont dématérialisées, les convocations sont envoyées via des applications de partage et de communication et le courriel a remplacé le courrier.

Au niveau des consommations d’eau et des déchets, nous travaillons à la meilleure manière d’instaurer un « responsable propreté » dans chaque équipe. Nous comptons aussi sur les municipalités pour nous aider, nous donner les outils pour réussir, comme aux Herbiers. Quand on y réfléchit, ça parait tellement logique de respecter un bien commun et de le restituer aussi propre que nous l’avons trouvé !

Enfin, nous travaillons sur l’organisation de nos compétitions via l’outil OPTIMOUV’ développé avec le Ministère des sports. Cette application d’aide à la décision génère automatiquement des poules de championnat en fonction de la localisation de chaque club pour réduire le nombre de kilomètres parcourus. Plusieurs ligues l’utilisent pour essayer d’optimiser au mieux les déplacements de chaque équipe. Cet outil peut aussi aider à choisir les endroits des tournois plateau de nos catégories jeunes. En effet, nous voulons éviter aux parents de faire 2, 3 heures de route pour à peine voir leurs jouer une poignée de minute… Cela n’encourage pas la pratique et ne rend pas service à la planète !

Comment les dirigeants ont-ils pris la nouvelle ? A quel niveau les clubs se sont-ils appropriés le label ?

Très bien ! Nous sommes rapidement passés d’une certaine frilosité au niveau des clubs à un vrai élan. Nous avons toujours eu des personnes précurseurs sur le sujet mais il est vrai que nous voyons émerger depuis trois, quatre ans une nouvelle génération de dirigeants qui s’intéressent bien plus à l’utilité sociale des clubs, notamment son développement durable. Ils ont aussi conscience que cela leur permet de réaliser des économies sur le long terme et d’aller chercher de nouveaux partenaires, d’autres sources de financement.

Ce qui est encourageant aussi, c’est de voir que sur l’interdiction des bouteilles d’eau en Vendée, nous avons eu pour être tout à fait exact 0 retour négatif ! Ça montre que nous prenons le bon chemin aussi par rapport à l’avis de la population. Les élections municipales l’ont montré d’ailleurs…

 

Retrouvez samedi la 2ème partie de l’entretien, où Philippe Caballo et Damien Simonnet nous parlerons la stratégie Développement Durable de la Fédération Française de Basket-Ball

 


Cet article est issu de la série Match for Green :

Match for Green génère des « matchs » sur son site. Un arbre est planté tous les 100 matchs !

Réagissez !

Bravo !
0
J'adore !
0
Wow !
0
Mouais...
0
Théo Fleurance
Contributeur pour Écolosport, je suis un grand passionné de sport et de ses valeurs. Fort de plusieurs expériences chez différents acteurs du monde du sport, je suis persuadé que la transition écologique est une formidable opportunité pour offrir un meilleur avenir au sport et à notre planète.

    1 Commentaire

    1. […] Retrouvez ici la 1ère partie de l’entretien avec Philippe Caballo et Damien Simonnet centrée… […]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 %