Montpellier Handball RSE Ecolosport

En plus d’être signataire de la charte Zone Verte, le Montpellier Handball s’est lancé dans une démarche de structuration d’une politique RSE, en misant sur l’intelligence collective. Ecolosport s’est entretenu avec Christophe Puech, Directeur Général Adjoint et Chef de projet RSE du MHB.

Christophe Puech, Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Christophe Puech, je suis Directeur Général adjoint du Montpellier Handball, garant du fonctionnement quotidien des 2 structures (SAS et association) et de leur bonne gestion financière. Je contrôle la bonne exécution de la stratégie et des procédures définies avec la direction générale et les présidents. Le cœur de mes compétences repose sur plusieurs volets comme la finance, les ressources humaines, les services fonctionnels et les systèmes d’organisations d’entreprises. Mon objectif professionnel est d’apporter ma contribution et mon expertise au développement du Montpellier Handball, mais également de m’impliquer dans l’économie d’entreprises du territoire.

Christophe Puech Montpellier Handball RSE Ecolosport

Christophe Puech

Comment s’est manifestée cette prise de conscience écologique au sein du MHB et comment s’est articulée cette prise de position ? Est-ce que toutes les parties prenantes au sein du club ont adhéré facilement à cette nouvelle politique RSE ?

A l’ère de la montée des consciences et des appels à l’aide lancés par la planète, les entreprises doivent être « éco-responsables », plus durables, plus consciencieuses. Pour le bien-être de leurs collaborateurs, aussi. Au niveau de notre territoire, l’ensemble des collectivités est engagé dans cette démarche, il était de fait naturel que le Montpellier Handball s’implique dans cette dynamique collective. Ce type de projet transverse n’était pas évident à mettre en place au départ. La grande difficulté est d’assurer la cohésion des collaborateurs et de faire en sorte de les fédérer autour du projet RSE en les rendant acteurs de celui-ci. Pour cela, il a fallu clarifier les enjeux du développement durable de l’entreprise et mettre en place une méthode de travail, avec plusieurs étapes.

La 1ère étape du projet a consisté à recueillir 3 engagements et idées individuelles de l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise – qu’ils soient administratifs, joueurs, entraineurs ou de la direction et de la présidence. Ces trois idées par collaborateur devaient intervenir sur chaque pilier de la RSE, à savoir le volet économique, le volet sociétal et le volet environnemental.

La 2ème étape a consisté à ne retenir que quelques objectifs collectivement identifiés pour les transformer en objectifs communs. Pour cela, ont été constitués des sous-groupes de travail, entre 4 et 5 personnes, pour chaque thématique. Les collaborateurs se sont engagés sur différentes actions et des référents se sont positionnés pour mener l’action jusqu’à son terme. L’intérêt de ces groupes était de mettre en avant l’intelligence collective et permettre ainsi d’accentuer l’adhésion et l’engagement au projet commun. La 3ème étape a été l’organisation d’une réunion plénière, qui avait pour objectif de restituer la quintessence de tout ce travail collaboratif avec l’engagement de chaque collaborateur.

Nous sommes maintenant dans la phase 4. C’est le moment où les collaborateurs planchent pour mener les actions économiques, sociétales et environnementales à leur terme, le tout en collaboration avec certains actionnaires, partenaires et collectivités.

L’objectif du Montpellier Handball est d’obtenir au mois de juin 2021 le Label TOUMAI (une démarche de labellisation transparente et accessible à toutes les organisations qui souhaitent évaluer leur maturité RSE, ndlr). Ce label serait le gage de la qualité et de la maturité du Montpellier Handball dans son engagement RSE.

Parlons à présent du programme Zone Verte de la LNH. Tous les clubs signataires se sont engagés à mettre en place des actions concrètes d’ici juin 2022 sur un certain nombre de sujets comme les déplacements, la suppression des contenants plastiques à usage unique – Diego Simonet, un de vos joueurs phares s’est d’ailleurs ouvertement positionné à ce propos en tant qu’ambassadeur de Zone Verte sur les réseaux sociaux -, la promotion de l’éco-citoyenneté, etc… Quels seront donc les choix prioritaires du MHB dans les mois à venir ?

Effectivement la LNH à crée un programme « Zone Verte » visant à impliquer l’écosystème du handball français dans une contribution à l’émergence d’un modèle de développement durable pour la planète, au travers d’actions concrètes, comme les déplacements en mobilité active, transport en commun ou covoiturage, la numérisation de billets, des gourdes réutilisables à la place des bouteilles en plastique, etc… Diego Simonet, mais aussi Valentin Porte et Melvyn Richardson, sont les ambassadeurs du club en la matière.

Dans les mois à venir nous devons déployer les actions sur lesquelles nous nous sommes engagés avec notre propre charte, avec pour priorité des actions sur l’égalité des sexes, l’accueil des personnes à mobilité réduite ainsi que des actions sociétales d’intérêt général.

Dans les objectifs à court terme et qui collent avec le programme Zone Verte, nous avons un certain nombre d’actions prévues : le tri sélectif et le recyclage, les déplacements durables et la suppression des bouteilles d’eau en plastique de tous les entrainements pour le groupe professionnel, mais également pour tous nos licenciés.

Montpellier Handball RSE Ecolosport

Julien Deljarry, président du Montpellier Handball, a dit que le MHB irait plus loin que ce programme « Zone verte ». Pouvez-vous nous en dire plus ?

En effet, « Zone verte » répond au volet environnemental de la RSE.
Notre charte, quant à elle, et ce que nous tentons de mettre en place, est beaucoup plus large. Elle englobe l’ensemble des collaborateurs et tente d’apporter une réponse sur les principaux axes du développement durable, comme, par exemple, valoriser le capital humain et la féminisation du club, respecter les droits fondamentaux de la personne, respecter l’éthique dans les relations d’affaire, être un acteur engagé dans le développement local et pour l’intérêt général, et bien entendu préserver l’environnement.

Habitués à tutoyer les sommets dans le cadre sportif, serez-vous les premiers de la classe en matière de RSE ?

Il faut être humble et y aller par étapes. Comme évoqué précédemment, notre objectif premier est d’obtenir le label TOUMAI au mois de juin 2021. L’implication dans cette démarche est aujourd’hui partagée par l’ensemble des collaborateurs. Nous appréhendons en tous cas ce projet RSE comme un levier de performance au sein du Montpellier Handball car il permet de créer du lien et il favorise l’intelligence collective.

Photo à la une : © PatriciaSports/MHB

Meriem Benyoucef
Future entrepreneure #RSE #MECENAT #PHILANTHROPIE #ESS #ENGAGEMENT #SOLIDAIRE Rédactrice bénévole d’Ecolosport 💚

Dans la même rubriqueEntretiens

1 Commentaire

  1. Un grand club français avec de vraies valeurs. Un exemple d’engagement et d’innovation depuis qu’il a atteint le sommet national voir international. Bravo au MHB pour cette nouvelle initiative qui répond à une nouvelle problématique du monde moderne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *