Recyclerie sportive Ecolosport

Depuis 2015, la Recyclerie Sportive offre une seconde vie, voire une troisième, aux articles de sport et loisirs.

Mise en avant par le Ministère de la Transition écologique, la Recyclerie Sportive, rompt avec le modèle de l’économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) pour finalement devenir un exemple parfait d’économie circulaire dans le domaine du sport.

Ayant pour objectif primordial de lutter contre le gaspillage, les fonctions principales de la Recyclerie Sportive sont la collecte, le tri, la co-réparation, la redistribution d’articles de sports via des boutiques solidaires et des animations afin de faciliter la pratique sportive ainsi que la sensibilisation au sport zéro déchet. Concrètement, après la collecte d’un article, il est soit directement distribué et réemployé tel quel ou transformé si nécessaire pour servir de matière en matière première pour des objets de création.

Une cotisation de seulement 5 euros est demandée à l’année pour adhérer à la boutique solidaire et le coût de participation aux ateliers de co-réparation varie entre 15 et 25 euros selon les revenus des adhérents. Quant à la partie sensibilisation, elle représente environ 200 animations par an faites auprès des citoyens, entreprises, clubs et fédérations.

Une action complète et un réseau national

Selon l’Agence de la transition écologique (ADEME), la filière articles de sports et loisirs a représenté, en 2018, 104 000 tonnes de déchets par an. La Recyclerie Sportive en a collecté 80 en 2020 sur les quatre sites. À côté de cela, elle s’investit dans des projets globaux autour du Réemploi et dans lesquels elle devrait s’implanter dans les prochaines années, comme par exemple le « Village du Réemploi » à Montreuil ou le projet « Ikos » à Bordeaux, tous deux prévus pour 2023.

Ces actions s’inscrivent dans la charte du sport français pour le développement durable : la santé et la prévention, la sensibilisation à un comportement sportif durable et responsable, la lutte contre la sédentarisation.

Recyclerie sportive Ecolosport

Aujourd’hui, la Recyclerie Sportive c’est 1 éco-centre de tri, 4 boutiques solidaires actives – à Massy-Palaiseau, Paris, Mérignac et Marseille – et 4 en passe d’être actives – à Lyon, Chambéry, Grenoble et Lille -, 17 salariés et plus de 6000 cotisations depuis son ouverture. Dans les éco-lieux que sont les boutiques solidaires, on retrouve 17 univers sportifs, qui représentent une quarantaine de sports. Cela passe par les objets du quotidien tels que des vélos, aux tenues spécifiques de randonnée, de plongée, etc.

Articles de sports et loisirs : principe du pollueur-payeur

En France, d’après le principe du pollueur-payeur, celui qui fabrique un produit doit financer sa fin de vie : c’est la responsabilité élargie du producteur (REP). Comme nous l’avions déjà évoqué dans l’article sur un autre type d’économie solidaire spécialisée dans le matériel de vol libre, à partir du 1er janvier 2022, cette REP s’étendra à la filière des articles de sport et loisirs.

Dès lors, les producteurs ou importateurs devront prendre en charge la fin de vie des produits qu’ils ont mis sur le marché français. Ils peuvent le faire de manière individuelle, ou collective dans le cadre d’un éco-organisme auquel ils adhèrent et versent des contributions.

Ainsi à compter de cette date, la Recyclerie Sportive ira directement faire ses collectes dans ces centres spécialement dédiés.

L’association organisera d’ailleurs des journées d’information collective autour du montage d’une Recyclerie Sportive, le 2 juillet sur l’éco-lieu de Massy Palaiseau. Par ailleurs, la Recyclerie Sportive recherche constamment de nouveaux bénévoles envieux de soutenir le fonctionnement et le développement de son projet solidaire et innovant. Peut être un bon moyen de se sentir utile pour les mois d’été à venir ?

Réagissez !

Bravo !
5
J'adore !
3
Wow !
0
Mouais...
0
Charlotte Frueh-Richardot
Naturellement passionnée par le sport en tant que sportive de haut niveau, je suis convaincue qu'il est un outil de développement majeur de nos sociétés. Il est désormais nécessaire de rendre sa pratique soutenable et durable afin de pérenniser ce rôle.

Dans la même rubriqueOutils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *