Forêt Olympique CIO Mali Senegal Dakar 2026 Ecolosport

355 000, c’est le nombre d’arbres qu’a décidé de planter le Comité International Olympique (CIO) dans les villages sénégalais et maliens. Dévoilé le 17 juin dernier à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, ce projet de « forêt olympique » s’inscrit dans la stratégie d’engagement du CIO visant à devenir une organisation à contribution positive pour le climat. 

Dans le cadre du projet de la Grande Muraille Verte, l’initiative de “forêt olympique” du CIO a pour ambition de restaurer les écosystèmes dégradés en Afrique. C’est aux côtés de l’Union Africaine que le Comité va participer à ce projet colossal visant à constituer une « barrière végétale » traversant tout le continent africain sur plus de 7.800 kilomètres. Les quelques 355 000 arbres seront ainsi plantés sur une superficie totale de 2 120 hectares, dans près de 90 villages du Mali au Sénégal, d’ailleurs hôte des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2026, qui auront lieu à Dakar.

« Avec Dakar 2026, notre objectif est d’aller au-delà du sport et d’utiliser les Jeux comme une opportunité de sensibiliser les jeunes, et au-delà d’eux, celle des différentes parties prenantes, aux défis actuels de la durabilité et aux moyens par lesquels nous pouvons aider à les relever. Cette approche s’inscrit en droite ligne des priorités que s’est fixées notre pays et elle est consignée dans le plan d’édition de Dakar 2026. La forêt olympique montre la voie à suivre » a déclaré Mamadou Diagna Ndiaye, Président du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques de la Jeunesse Dakar 2026.

Un projet environnemental, social et économique

Forêt Olympique CIO Mali Senegal Dakar 2026 EcolosportLe CIO va travailler en partenariat avec les communautés locales pour que cette forêt olympique, outre son impact positif sur l’environnement, apporte également d’autres bienfaits locaux sur le plan social et économique, en faisant face aux effets du changement climatique. Par exemple, elle renforcera la biodiversité locale et encouragera les pratiques agricoles durables. « La forêt olympique soutiendra les communautés du Mali et du Sénégal en augmentant leur résilience climatique, leur sécurité alimentaire et leurs opportunités de revenus, et aidera le CIO à devenir positif pour le climat dès 2024 », a déclaré le président du CIO, Thomas Bach.

Les travaux de plantation sont prévus pour les deuxième et troisième trimestres 2022, à la suite d’un travail d’engagement auprès des communautés locales pour analyser leurs besoins. Ce travail en amont sera réalisé en collaboration avec Tree Aid, une organisation à but non lucratif qui travaille avec les populations des zones arides d’Afrique. 

Objectif contribution positive pour le climat

Les grandes compétitions sportives internationales sont de plus en plus confrontées à la question de l’impact négatif et des dégâts environnementaux que laissent de tels événements éphémères sur leur passage. Afin d’agir et de participer au mouvement de transition écologique, le CIO a annoncé en 2020 que tous les Jeux Olympiques devraient être positifs pour le climat à partir de 2030, c’est-à-dire éliminer de l’atmosphère plus de carbone que les Jeux émettent. Conformément à l’Accord de Paris, le CIO s’est engagé à réduire ses émissions de carbone de 30% d’ici 2024 et de 40% d’ici 2030. 

 À travers cette initiative, le CIO fait preuve de leadership climatique au sein du mouvement sportif et au-delà ; il rappelle que nous avons tous un rôle à jouer si nous voulons préserver la planète pour les générations à venir.” – Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unis pour l’Environnement

Cette forêt devrait permettre d’absorber plus de 200 000 tonnes d’équivalent CO2, ce qui est supérieur aux émissions projetées du CIO pour la période 2021-2024. Comme en rêve Thomas Bach, “le mouvement olympique a pour ambition de bâtir un monde meilleur par le sport ; la forêt olympique est une parfaite illustration de cette aspiration.” 

Alice Brach
Rédactrice pour Écolosport, je suis convaincue de l'impact positif du sport sur notre société. Les enjeux liés à transition écologique s'inscrivent comme une opportunité à saisir afin de renouveler et réinventer notre pratique et consommation sportive.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *