Mouvement olympique CIO Ecolosport

Le Conseil d’Administration de Paris 2024 a validé ce mardi 16 mars la stratégie climat de ses prochains Jeux, qui doivent contribuer de manière positive au climat.

Ce n’est un secret pour personne tant le COJO en parle : les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 se veulent éco-responsables. Ce mardi, le Conseil d’Administration des Jeux a validé la stratégie climat de Paris 2024 et  s’engage donc à organiser le “1er évènement sportif à contribution positive pour le climat.”

Cette ambition doit se traduire concrètement par de nombreuses actions qui visent à absorber plus de carbone que l’événement n’en produit. Pour éviter et réduire les émissions de CO2, Paris 2024 s’est engagé à développer des solutions bas carbone pour l’ensemble de ses activités : électricité renouvelable, desserte en transport en commun, restauration durable, plan numérique responsable…explique d’abord l’organisation, qui sait que cela ne suffira pas au vu du nombre de fans qui viendront du monde entier à Paris pour suivre ces Jeux. Paris 2024 va compenser également l’intégralité des émissions qui ne pourront être évitées en soutenant des projets d’évitement ou de captation de CO2 (projets de restauration et de conservation de forêts et des océans…).” Les premiers projets et programmes de compensation seront lancés en 2021.

© Paris 2024

Une stratégie de sobriété et d’héritage

 “Cette volonté s’inscrit dans une stratégie d’héritage visant à faire des Jeux une plateforme d’accélération de la transformation écologique, en mobilisant autour d’un changement de pratiques, et en partageant des outils pour aider les acteurs à réduire leurs émissions de CO2.” L’héritage de Paris 2024 est au coeur de la stratégie de son comité d’organisation. Un héritage qui ne se veut pas qu’écologique.

En effet, le Conseil d’Administration a aussi validé ce mardi un plan sur l’accessibilité des Jeux, qui doit permettre aux personnes en situation de handicap de pouvoir assister à toutes les épreuves, de voir leur quotidien être  faciliter. Il doit aussi les encourager à la pratique du sport à l’issue des Jeux. « On veut laisser un héritage immatériel et travailler avec la Solideo sur le village olympique notamment », a expliqué Michaël Aloisio, directeur de cabinet de Tony Estanguet, président du COJO.

En parallèle, Paris 2024 lance un outil à destination des collaborateurs du COJO : Coach Climat. L’application doit permettre aux membres du COJO de calculer leur impact personnel et professionnel sur le climat pour pouvoir ensuite le réduire. L’organisation cherche aussi à réduire l’impact carbone de ses partenaires et fournisseurs et souhaite que ces derniers appliquent sur les achats des critères de durabilité et de neutralité carbone. Enfin, le comité d’organisation va mettre à disposition des acteurs du mouvement sportif un « calculateur » carbone spécifique pour les événements sportifs.

Michaël Ferrisi
Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Professionnel du digital dans le rugby, je connais l'environnement des organisations sportives, de ses acteurs et suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Dans la même rubriqueActualités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *