Thibaut Baronian Trail and Sea Cap Vert Ecologie Ecolosport

Thibaut Baronian, traileur professionnel, ne se contente pas de truster les podiums comme il l’a encore fait récemment à l’occasion de la CCC, course phare de l’UTMB. Engagé depuis longtemps dans la cause environnementale, il a décidé de mener un projet mêlant sensibilisation écologique et solidarité. Trail and Sea aura lieu au mois de décembre prochain et nous fera voyager sur 8 îles du Cap-Vert pour une bonne dose d’aventure et d’éco-responsabilité. Interview avec Thibaut Baronian qui nous parle de ce beau projet.

Peux-tu nous décrire en quelques mots le projet et son déroulement ?

Thibaut Baronian : Trail and Sea est la suite d’un premier projet que j’ai réalisé en 2019 au Cap-Vert sur l’île de Santo Antao, la plus étendue et la plus aride. J’ai traversé cette île en courant et nous en avions profité pour mener avec l’équipe quelques projets, notamment auprès des écoles. L’objectif, cette fois-ci, est de traverser toutes les îles restantes du Cap-Vert, soit 8 îles. En plus de cet aspect sportif (450 kilomètres et 20 000 mètres de dénivelé positif), il y aura un aspect environnementale et solidaire.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de réaliser ce projet ? Pourquoi avoir choisi le Cap-Vert ?

Thibaut Baronian : Je suis un peu tombé amoureux du Cap-Vert et de ses habitants lors de mon premier voyage là-bas en 2018. C’est pour ça que j’ai souhaité organiser un projet de plus grande ampleur, en plus des stages de trail que j’organise sur place de temps en temps. C’est l’occasion de montrer qu’il y a certain nombre d’endroits où la faune et la flore sont bien présentes et en danger, et que c’est important de les protéger. C’est donc à la fois un choix de cœur et un endroit représentatif pour la préservation de l’environnement et de la biodiversité.

Quelles actions sont prévues lors de cette grande aventure ?

Thibaut Baronian : Nous allons organiser 3 ramassages de déchets (plogging) avec des ONG locales. Le but est de leur donner de la visibilité tant sur place qu’à l’international. Il y aura notamment l’ONG Biosfera qui agit pour l’environnement et la biodiversité. Elle organise entre autres des ramassages de déchets pour nettoyer les plages sur lesquelles les tortues pondent. On souhaite donc promouvoir leur action en les accompagnant et en les mettant en avant au travers de vidéos et d’une interview de leur directrice. Ce que l’on souhaite c’est vraiment mettre un coup de projecteur sur ces ONG.

Nous allons également parrainer une école et une équipe de football. L’école est située dans le cratère de Fogo et elle a été détruite lors de la dernière éruption volcanique. L’idée est donc de leur ramener des affaires scolaires, vêtements et tenues de sport. Au cours de l’un des ploggings, une équipe de football viendra nous aider et nous allons essayer de leur ramener du matériel.

Thibaut Baronian Trail and Sea Cap Vert Ecologie Ecolosport

Est-ce que le but premier de ce projet est de sensibiliser sur le respect de l’environnement ?

Thibaut Baronian : Le but est en effet de sensibiliser les locaux, mais pas seulement. Il faut savoir que le Cap-Vert vit à 70% du tourisme, et je souhaite aussi montrer qu’il est possible de faire du “slow tourisme” avec la possibilité de découvrir les îles en bateau, en running, en randonnée. C’est aussi un moyen de faire découvrir cet endroit et ses différentes facettes, l’ambiance qu’il y règne. Je dirais donc qu’il s’agit à la fois d’un projet à vocation environnementale, mais aussi solidaire et qui permet de mettre en avant le Cap-Vert.

Pourquoi vouloir associer le sport à cette démarche environnementale ? Est-ce un moyen de mettre ta notoriété de sportif au service de la cause environnementale ?

Thibaut Baronian : L’idée était de profiter de ce projet pour promouvoir le trail et le sport outdoor auprès des locaux qui sont très peu sportifs mais dont l’engouement pour le sport est de plus en plus important. Je souhaitais aussi montrer que l’on peut monter des projets “off” (en dehors des compétitions, ndlr), quel que soit l’endroit où l’on se trouve, et que l’on est pas obligé de porter un dossard pour faire de belles choses en équipe. Le trail est mon métier et les traileurs de haut niveau ont effectivement la capacité à montrer que des projets se montent et que tout le monde, y compris les coureurs qui ne sont pas élites, peuvent faire de même et monter de beaux projets. Le but est finalement de donner aux gens  l’envie de bouger et montrer que le sport est important pour la santé.

Pourquoi avoir choisi le voilier pour te déplacer entre les différentes îles ?

Thibaut Baronian : Nous n’avons pas réussi à obtenir un pur voilier. Il s’agira donc d’un bateau mi-voile, mi-moteur. Il nous permettra de relier les îles et de transporter toute l’équipe photo et assistance. Nous serons tous – 24 personnes – sur le bateau en permanence et ce sera donc une belle aventure humaine. Le choix du voilier a un aspect à la fois plus pratique et évidemment plus écologique avec une empreinte plus faible car cela nous permettra d’éviter de faire les transferts inter-îles en avion. Mais c’est aussi un moyen pour moi, qui suis souvent sur la terre en tant que traileur, de découvrir le monde marin que je ne connais pas.

Thibaut Baronian Trail and Sea Cap Vert Ecologie Ecolosport

Quand est-ce qu’aura lieu cette aventure et comment pourra t-on te suivre ?

Thibaut Baronian : Je serai au Cap-Vert dès le 20 novembre pour un stage de trail, puis l’équipe me rejoindra pour un départ le 2 décembre. L’aventure devrait ensuite durer jusqu’au 16 décembre. Nous publierons le maximum de photos et ferons des capsules vidéos qui seront visibles sur mon compte Instagram.

Dernière question plus générale : on a tendance ces derniers temps à opposer de plus en plus sport de haut niveau et environnement. Quelle est ta position là-dessus et penses-tu que dans un avenir proche il sera possible de pratiquer le trail en minimisant l’impact de la pratique sur l’environnement ?

Thibaut Baronian : Effectivement, on constate que le sujet est au cœur des débats ces derniers temps. Néanmoins, on peut s’apercevoir que beaucoup de choses sont faites en faveur de l’environnement dans le trail de haut niveau. Kilian Jornet a créé sa fondation et une grande marque comme Salomon s’y est associé, en plus de travailler activement sur une charte environnementale. En plus de cela, de plus en plus de coureurs se rendent compte qu’il n’est pas nécessaire de faire le tour du monde pour participer à un évènement. La situation que nous avons vécue en 2020 a renforcé l’idée qu’il était tout à fait possible de se faire plaisir en restant proche de chez soi. Je pense que le trail est l’une des disciplines sportives qui fournit le plus d’efforts pour respecter la nature qui est notre principal terrain de jeu. Le tout est de trouver le bon équilibre entre se faire plaisir et respecter l’environnement.

Il sera bientôt possible de soutenir le projet via une campagne de financement participatif. Si vous souhaitez apporter votre contribution, inscrivez-vous pour être tenu au courant du démarrage de la campagne.

Virgile Demolliens
Passionné par la course à pied et le trail, intéressé par le sport en général, la cause environnementale est une de mes préoccupations majeures. M'engager comme rédacteur au sein de Ecolosport, c'est donc concilier un des mes principaux centre d'intérêt et mon engagement pour notre planète et notre avenir.

    Dans la même rubriqueA la une

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *