Plogging Running Déchets Ecologie Ecolosport

Qu’est-ce que le plogging ? Ce concept développé en 2016 en Suède, s’exporte depuis partout dans le monde et particulièrement en Europe. La France n’est pas en manque d’exemples sur son territoire.

Apparu pour la première fois en 2016 en Suède, le plogging est la contraction du verbe « ramasser » en Suédois (plocka upp, ndlr) et du mot « jogging». Autrement dit, l’écojogging est une activité de nettoyage citoyen qui se décrit comme une combinaison de jogging et de ramassage de déchets.

Selon WWF, ce sont près de 4,5 millions de tonnes de déchets qui sont produits par an en France sur un total de 24 millions de tonnes de déchets générés par les 22 pays méditerranéens.  En déversant chaque année en moyenne 11 200 tonnes de plastiques, la France est le plus gros pollueur de la Méditerranée. Plastiques sous toutes ses formes que l’on retrouve bien souvent au bord des routes, sur les sentiers et même dans les mers territoriales.

De nombreux acteurs, publics et privés, ont décidé de mettre en avant cette pratique au sein de leur territoire et d’y sensibiliser les citoyens.

Des mairies à l’initiative

​A Trouville-sur-Mer (Calvados), le plogging du mercredi 6 octobre dernier, a permis le ramassage de 2,8 kg de déchets et l’équivalent d’une bouteille d’1,5 litre de mégots de cigarettes.

En Alsace, à Obernai, des membres du conseil municipal, notamment l’adjointe au maire d’Obernai et marathonienne Marie-Christine Schatz, ont décidé de démocratiser cette pratique depuis l’été 2021.
Le premier plogging, organisé en juillet, s’était organisé seulement entre élus. Désormais, des volontaires de divers horizons y participent avec, souvent, une association invitée. Au cours des quatre premières sessions organisées, 80 participants ont été recensés au total, pour 80 kilos de déchets ramassés.

Plogging Running Déchets Ecologie Ecolosport

Des clubs de sport et associations à l’initiative

Même si la pratique est officiellement née en 2016 en Suède, la Trail Runner Foundation, prônait déjà 2013 le “courir utile” sur les chemins de randonnée et rassemble aujourd’hui plus de 600 athlètes et 49 courses partenaires.

A l’occasion du festival Zéro déchet 65 qui s’est déroulé du 29 septembre au 2 octobre, les associations Les Petits Pédestres et Artpiculture ont animé un écojogging au bois de Lourdes. À Meslay-du-Maine (Mayenne), le club de jogging Meslay Athlé a proposé à ses adhérents, le 25 avril dernier, de tester la fameuse activité éco-sportive. La sortie a finalement séduit adolescents et sexagénaires, soit une quarantaine de participants en tout. Aussi, l’association lorraine F2R Fun to Run de sports individuels en extérieurs (running, triathlon, cyclisme, rando, etc) organise plusieurs événements par an à Gripport, en Meurthe-et-Moselle.

Depuis sa création, la Run Eco Team affiche un compteur s’élevant à 244.279 de déchets ramassés et 2.528km nettoyés. Initiative née sur Facebook en janvier 2016 par Nicolas Lemonnier sous le titre de « 1RUN1DECHET – Courir pour un monde plus propre ». Très rapidement, l’initiative a séduit beaucoup de runners dans le monde entier, y compris Mark Zuckerberg, qui a proposé à Nicolas de créer une vidéo retraçant l’histoire de Run Eco Team.

Plogging Running Déchets Ecologie Ecolosport

Une application mobile a même été lancée en décembre 2017. Elle permet aux coureurs d’enregistrer leurs performances en comptabilisant les kilomètres parcourus et le nombre de déchets ramassés. Elle a permis d’élargir la communauté de coureurs qui compte aujourd’hui plus de 130 000 membres dans le monde. Chaque utilisateur est incité à ramasser des déchets : un compteur global collectif mesure le poids total collecté par l’ensemble des utilisateurs. De plus, l’application a une visée d’utilité publique. En plus de ce compteur, les utilisateurs peuvent noter la propreté de leur parcours après chaque course, ce qui permet d’établir un éventuel rapport à la municipalité concernée, pour placer plus de poubelles sur ce trajet ou se focaliser sur une certaine zone plutôt qu’une autre.

Plus récemment, le 3 octobre dernier, l’association For Rose, venant en aide aux enfants hospitalisés, ainsi que la droguerie zéro-déchet Mamie mesure ont organisé un nettoyage citoyen « Plogging For Rose ». Résultat : 290 kg de déchets collectés, 7 000 mégots. Tous les bénéfices récoltés par le collectif For Rose, soit 7 000 € de dons et d’inscriptions, iront à deux associations, pour le confort des enfants malades : Oba’ja et 20 ans 1 projet, qui accompagnent les jeunes dans leurs reprises d’études et leur réinsertion professionnelle, pendant et après la maladie.

Enfin, toujours à Rennes, le Marathon Vert Rennes Konica Minolta est un projet terriblement efficace : 1 arbre planté par kilomètre parcouru. Prochaine édition et 10ème édition : le 24 octobre prochain !

Des initiatives individuelles aussi

Nicolas Vandenelsken GreeNicoTour Plogging Ecologie Sport Ecolosport

© Pascal Bonnière / La Voix du Nord

On ne le présente plus, Nicolas Vandenelsken (GreeNicoTour) tente de sensibiliser un maximum à la protection de l’environnement et au sport/santé. Il ramasse aussi les masques qui jonchent le sol lors de son tour de France en courant de 116 étapes. L’éco-aventurier a débuté son expérience le 14 août et il en est aujourd’hui à mi-parcours. Suivez son parcours avec son carnet de route.

A échelle locale, Clément Chapel est également très actif. Basé à Montpellier, le dimanche 25 avril, il avait battu son record : plus de 50 kg de détritus ramassés en 10 heures. Il a d’ailleurs organisé un grand Ploggathon, défi solidaire pour la planète, ouvert à tous au printemps dernier, dont le but était de transformer les tonnes de déchets en tonnes de fruits via la plantation d’arbres fruitiers dans certaines écoles et villes.

Association, club sportif, collectivité territoriale ou entreprise ? Quoi de mieux que l’organisation d’un plogging en guise d’activité ? Cela fera du bien à la planète et… à vous !

Charlotte Frueh-Richardot
Naturellement passionnée par le sport en tant que sportive de haut niveau, je suis convaincue qu'il est un outil de développement majeur de nos sociétés. Il est désormais nécessaire de rendre sa pratique soutenable et durable afin de pérenniser ce rôle.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *