Sporteed occasion Ecolosport

Sporteed est une nouvelle plateforme qui met en relation des particuliers pour qu’ils vendent ou achètent du matériel de sport. Avec l’idée de redonner du pouvoir d’achat aux acteurs du sport et de faire marcher l’économie circulaire de ce secteur. 

A chaque rentrée scolaire, la même rengaine. Vos enfants ont grandi et leur matériel de sport n’est plus adapté. Ou encore, vous les inscrivez dans un nouveau club et là, il faut acheter de nouvelles tenues. Un véritable casse tête financier en plus du budget prévu pour vos pratiques sportives personnelles. Sporteed est une solution pour ne pas devoir se ruer sur du neuf à chaque achat.

Fondée en 2020 et lancée en début d’année, la plateforme propose aux particuliers de vendre et d’acheter leur matériel de sport. « Je m’occupe d’un média sur l’actualité du football et d’une agence web, se présente Gregory Cottret, créateur de Sporteed, projet édité par sa société nommée Everleed. En mars 2020, nos activités se sont arrêtées à cause du confinement. Nous n’allions pas restés les bras croisés et cette idée me trottait dans la tête. Surtout que je ne trouvais rien de semblable dans le domaine du sport. »

Une centaine de sports et 4.000 catégories 

Le site internet et l’application sont lancés et démarrent dans un premier temps en catimini. « Histoire de ne pas se retrouver avec trop peu de produits et que les gens soient déçus, se justifie le chef d’entreprise basé à Montpellier. Fin août, nous avons lancé une campagne de communication puisque nous avions déjà autour de 2.500 produits sur le site. »

Crédit photo : Everleed

Avec une centaine de sports et 4.000 catégories, Sporteed se veut pointu et spécifique. La société assure de bout en bout la sécurité de la transaction. « L’acheteur va mettre son argent sur un portefeuille virtuel qui est stocké par une banque européenne, explique Gregory Cottret. Quand le colis est arrivé, l’acheteur a 48 heures pour tester son produit. S’il correspond bien à la description, il le valide. A ce moment, le vendeur touche son argent. S’il ne le valide pas, notre équipe prend une décision dans un sens ou dans l’autre au regard du dossier. On se rémunère grâce à des frais de gestion à la charge de l’acheteur. »

Sporteed redonne du pouvoir d’achat

Au-delà du fait de ne pas avoir à jeter son matériel et de systématiquement en acheter du neuf, les utilisateurs de la plateforme peuvent s’y retrouver financièrement. Sporteed mise sur une stratégie qui permet de redistribuer du pouvoir d’achat grâce à un système de parrainage avec différents statuts. Quand il parvient au plus haut grade Eco-responsable, le parraineur va toucher 20% des frais de gestion sur tous les achats et les ventes réalisés par les filleuls.

« Ce système nous a permis de créer des statuts d’ambassadeur avec des personnalités du sport qui vont être directement promues au grade Eco-responsable, mais aussi des VIP qui se voit distribuer 40% des frais de gestions. Nous sollicitons également des professionnels du sport qui peuvent venir créer leur communauté et récupérer, eux, 50% des frais de gestion de leurs filleuls. » L’influenceuse Marine Lorphelin (933 000 abonnés sur Instagram), l’aventurier de Koh-Lanta Laurent Maistret et le tennisman Jonathan Eysseric ont déjà été séduit par le concept et partagent leur vestiaire sur Sporteed.

Les clubs aussi sollicités

La société propose également aux clubs l’accès à la plateforme pour ses adhérents. Une rubrique dédiée avec tous les produits des adhérents est alors créée. Et le club se voit reverser 25% des frais de gestion des transactions de ses adhérents.

« On est dans le partage et l’entraide, poursuit le fondateur de Sporteed qui compte aujourd’hui sur 5.000 inscrits et environ 4.000 produits. On veut redonner de l’argent au monde du sport pour faire marcher l’économie circulaire et faire tourner les matériels. Moi-même, je pratique le triathlon et j’ai des tiroirs remplis de chaussures, de tee-shirts, de tenues dont je ne me sers plus. Les sportifs se rendent compte que ça vaut le coup d’acheter de la seconde main. Et, il existe un véritable élan sur l’occasion, les gens ont besoin de récupérer du pouvoir d’achat. L’idée est de ne pas jeter son matériel et de le faire circuler. » Pour lui donner une deuxième vie.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *