Restauration Durable Paris 2024 Georgina Grenon Ecolosport

Engagé dans une démarche de durabilité importante, Paris 2024 vient de dévoiler sa nouvelle, ambitieuse et très intéressante stratégie de restauration durable pour les Jeux. Explications détaillées.

Il aura fallu plus d’un an de travail aux équipes de Paris 2024 pour développer la stratégie de restauration durable annoncée aujourd’hui. Des dizaines d’entreprises de la filière ont été consultées, de l’agriculteur jusqu’aux réseaux de méthanisation, en passant par des ONGs. « Il faut se souvenir que les Jeux vont être le plus grand restaurant du monde, que c’est la plus grosse activité logistique en temps de paix. » Par ces mots, Georgina Grenon, Directrice Excellence Environnementale de Paris 2024, pose le cadre. C’est une machine comme on en voit peu qui s’est mise en route.

Commençons par ce chiffre colossal : 13 millions. C’est le nombre de repas qui seront servis au total durant les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, pour les athlètes, les staff, les officiels, les spectateurs, les volontaires, les médias et les hospitalités. C’est 10 fois plus que pour une Coupe du Monde de football. Si le Village Olympique sera donc, le temps de l’événement, le plus grand restaurant du monde, l’organisation souhaite valoriser les produits et les savoir-faire régionaux sur les sites de compétition, alors que la gastronomie française sera mis en avant au centre des médias. Ainsi, Paris 2024 veut s’appuyer sur l’excellence de l’agriculture française. Toutes les régions françaises seront par ailleurs représentées au sein des différentes recettes.

Le défi est immense. Il l’est encore plus quand on l’adosse à l’ambition environnementale importante des Jeux, sur tous les sujets : énergie, numérique, mobilité, biodiversité, gestion de l’eau et alimentation, donc. L’ambition est aussi adossée aux spécificités culturelles des 208 pays présents, aux différents régimes alimentaires et leurs besoins spécifiques, auxquels l’organisation va s’adapter.

Temps reglementaire Mois de l’innovation publique Sport Eco-responsabilité Ecolosport Paris 2024

Le Village Olympique verra près de 60.000 repas quotidiens être servis

Six grandes annonces présentées

À l’occasion du sommet ChangeNow, qui débute ce jeudi 19 mai 2022, Tony Estanguet annonce donc la stratégie de restauration durable de l’organisation de Paris 2024, pour tous les publics concernés par l’événement. Six annonces ont été faites.

La première concerne l’impact carbone de chaque repas des Jeux, qui sera en moyenne réduit par deux. « En moyenne, sur les précédentes éditions, un repas équivalait à 2kg de CO2. Nous visons donc 1kg » avance Amadea Kostrzewa, Manager Mobilisation Climat et Environnement. « C’est très concret, pour aligner tous nos prestataires, qu’il s’agisse du produit en lui-même, de sa logistique ou de son emballage. Le premier levier pour réduire cet impact est la végétalisation de l’alimentation. Les assiettes seront deux fois plus végétales que lors des précédents Jeux, tout en répondant aux besoins et envies des consommateurs. »

Deuxième engagement : 100% de l’alimentation sera certifiée, qu’il s’agisse de sa provenance ou de sa qualité – bio par exemple. Pour ce faire, Paris 2024 s’appuie notamment sur deux objectifs : 80% de l’approvisionnement global sera d’origine France, et 25% de ce volume global proviendra de producteurs basés à moins de 250km de chaque site olympique.

Le troisième engagement concerne l’utilisation de plastique à usage unique. L’ambition est de diviser par deux sa quantité dans les services de restauration. L’organisation va ainsi se concentrer sur plusieurs sujets : les boissons délivrés – des annonces seront d’ailleurs faites avec Coca-Cola dans le courant de l’année -, la vaisselle et les transports.

Quatrième engagement : la lutte contre le gaspillage alimentaire. « Il y a un travail très important à faire pour prévenir le gaspillage. Les athlètes peuvent manger autant qu’ils veulent, mais nous ne voulons pas qu’il y ait de restes dans les assiettes » ambitionne Georgina Grenon. S’il y en aura, forcément, l’organisation travaille avec des filières de méthanisation et de compostage pour les déchets organiques ainsi qu’à la redistribution des denrées consommables à des associations.

Restauration Durable Paris 2024 Georgina Grenon Ecolosport

Georgina Grenon – © Julien M. Hekimian/Getty Images

Sodexo s’engage avec Paris 2024 sur le Village Olympique

L’organisation peut d’ailleurs s’appuyer sur son partenaire Sodexo, spécialiste de la restauration et partenaire des plus grands événements sportifs, qui aura en charge la préparation des repas pour les athlètes, au Village. L’entreprise française travaille avec l’organisation de Paris 2024 sur les deux derniers engagements. Voici d’ailleurs le cinquième d’entre eux : 100% des infrastructures et équipement doivent être réutilisés. Sodexo va ainsi réemployer tous les équipements présents au Village Olympique, pour ses activités futures.

« Pour définir la durabilité de nos services de restauration, il faut travailler sur l’ensemble des objectifs de développement durable. Il y a bien sûr l’aspect environnement et climat, mais il y a aussi les mains qui préparent ces repas » ajoute Georgina Grenon. C’est justement le sixième engagement : Paris 2024 s’engage dans l’insertion professionnelle à hauteur de 10%, quand Sodexo le fait à hauteur de 15%, pour la restauration du Village.

En novembre 2021, le Comité pour la Transformation Ecologique des Jeux a été formé, autour de 9 experts. Parmi eux, le chef Thierry Marx a contribué à la stratégie de restauration durable. La Directrice Excellence Environnementale des Jeux explique : « Son rôle est d’entrer dans le coeur du réacteur de chacune de nos actions et de nos plans, de nous aider, de les critiquer, de nous challenger, de nous proposer des alternatives ou des solutions, et de nous donner des idées… » Des idées, des solutions et de l’ambition, il y en a, assurément !

Michaël Ferrisi
Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Près de 10 années dans le monde du sport amateur et professionnel me permettent de bien connaitre l'environnement des organisations sportives, ses parties prenantes. Je suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Dans la même rubriqueA la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.