Football Ecologie France Consultation Nationale Ecolosport

L’association Football Ecologie France lance sa Consultation Nationale 2022, en écho à celle réalisée en 2020, avec pour objectif de mieux connaître la perception des français, amateur de football ou non, sur les sujets environnementaux liés au football.

Quelle évolution sur le lien entre le football et l’environnement ? En 2020, Football Ecologie France réalisait sa première consultation nationale, « pour recueillir la vision des francophones sur le lien entre le football et la transition écologique et apporter des éléments de réponses sur la sensibilité du football à l’écologie » précise l’association, basée à Lyon. Les résultats ont permis à FEF d’engager des actions, notamment autour de la notion d’éco-supportérisme. Une nouvelle consultation nationale « football et transition écologique » vient d’être lancée par Football Ecologie France, jusqu’au 20 novembre, en partenariat avec l’ADEME, Kipsta et 1% for the planet, visant à « recueillir des données comparatives entre 2022 et 2020, les avis et idées des citoyens », comme l’explique un communiqué. Elle donnera aussi « les moyens d’élaborer des infographies, de nouveaux outils et démarches facilitant l’engagement individuel et collectif des acteurs du monde du football. »

Le football, sport à impact

Le contexte autour de cette consultation n’est pas anodin. A quelques semaines d’une Coupe du Monde de football très controversée et quelques jours après la polémique autour des chars à voile de Kylian Mbappé et Christophe Galtier, le lien entre football et environnement doit considérablement se renforcer. Le sport le plus populaire de la planète est aussi un des plus impactants pour la planète : « transports massifs pour les compétitions (2,1 millions de tonnes de CO2 pour la coupe du monde
2018, soit l’impact de 200 000 Français), déchets lors des événements (10 tonnes en moyenne pour un match de Ligue 1), consommations énergétiques pour les stades et la communication numérique,
consommation d’eau pour les pelouses (100 millions de m3 par an en France), alimentation carnée qui
génère 7 fois plus d’émissions de CO2 qu’une alimentation végétalisée, etc. »

À l’inverse, le football peut avoir un autre impact, médiatique et sensibilisateur cette fois. La médiatisation d’engagements et d’actions en faveur de l’environnement de la part de joueur(se)s ou de clubs peut être – à coup sûr – un vecteur de sensibilisation extrêmement important vis-à-vis de la société et des amateurs de football, dont font partie les plus de 2 millions de licenciés de foot en France.

Si la planète est impactée par la pratique du football et a dans le même temps besoin de l’influence et de l’aura de ce sport pour sa protection, l’opposé est vrai aussi. Les évolutions climatiques et environnementales impactent le football, qui a besoin d’une planète viable pour poursuivre sa pratique.

Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Près de 10 années dans le monde du sport amateur et professionnel me permettent de bien connaitre l'environnement des organisations sportives, ses parties prenantes. Je suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport