Média positif et engagé pour un sport durable

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« impACT », la nouvelle stratégie de développement durable de l’EPCR

EPCR impACT Rugby Developpement Durable Ecologie Ecolosport
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

L’European Professional Club Rugby (EPCR), l’organe organisateur de la Champions Cup et de la Challenge Cup, fait un pas de plus dans sa démarche de développement durable avec son programme « impACT ». Suffisant pour contrer l’intégration des équipes sud-africaines ?

L’EPCR, en collaboration avec des experts de l’agence de développement durable The SHIFT, est venu structurer et consolider sa responsabilité sociale et environnementale via une nouvelle stratégie, intitulée « impACT ». L’objectif est de rendre durable l’expérience offerte par le rugby tant pour les joueurs que pour les supporters. Cela passe principalement par des mesures d’égalité des genres ainsi qu’un engagement environnemental de l’ensemble de l’organisation, de son administration à ses tournois, ses joueurs et ses partenariats.

L’EPCR avait déjà entrepris, ces dernières années, un certain nombre d’actions sur le pan environnemental. Ils vont utiliser un outil de référence de mesure d’empreinte carbone lors du week-end des finales à Dublin. L’an dernier, lors des finales à Marseille, ils ont collaboré avec Trigoodi, leur transformant les déchets issus des finales en oeuvres d’art. Un approvisionnement en produits locaux pour l’accueil des VIP lors de la phase finale est prévu, alors l’EPCR prévoit de réparer et d’entretenir la pelouse du terrain plutôt que de la remplacer après chaque saison.

Des actions intéressantes mais qui peinent à contrebalancer l’intégration récente des franchises sud-africaines à ses compétitions, faisant exploser l’impact environnemental des deux coupes. Cette saison, il fallait des vols de 24 heures pour joindre l’Europe à l’Afrique du Sud – et vice-versa -, pour deux petites heures de match. L’intégration polémique de ces équipes est un non-sens pour l’environnement, bien sûr, mais aussi pour la santé des joueurs, qui passent après les intérêts économiques et financiers.

De manière assez surprenante, donc, l’EPCR ambitionne aujourd’hui la neutralité carbone de ses finales d’ici 2030 – un procédé répandu par les organisations mondiales mais dont la pertinence est contestée.

Dans les faits, cette ambition se décline par les mesures suivantes : la mise en œuvre d’un plan de gestion du carbone pour réduire et compenser les émissions de CO2 des finales de l’EPCR, l’allocation d’un budget carbone pour les déplacements du personnel du siège de l’EPCR, le lancement d’un groupe de discussion avec des experts de l’industrie aéronautique sur l’utilisation de carburant d’aviation durable (biocarburant fabriqué à partir de déchets alimentaires) dans le sport, et la réalisation d’une analyse de durabilité (environnementale, sociale, de gouvernance) pour les partenaires-clés de l’EPCR.

Andrea Rinaldo, membre du Conseil d’Administration, ancien joueur international italien, hydrologue et lauréat du Prix Stockholm Water 2023 – récompensant les recherches et innovations ayant transformé la compréhension et la gestion de l’eau douce – a été nommé ambassadeur « impACT » de l’EPCR. Combinant expertise et passion pour l’environnement et le rugby, son rôle sera de soutenir et de conseiller le développement de la stratégie de durabilité de l’organe.

Photo à la Une : © EPCR

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email
Picture of Charlotte Frueh-Richardot
Charlotte Frueh-Richardot

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.