Média positif et engagé pour un sport durable

Ultra Spirit, l’ultra-trail qui voit la course différemment

Ultra Spirit Trail Savoie D'Haene Ecologie Ecolosport
© Paul Viard Gaudin / Ultra Spirit
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

La deuxième édition de l’Ultra Spirit a eu lieu le week-end dernier, en Savoie. Cette course d’ultra-trail responsable a été repensée et ne met pas le curseur de la performance uniquement que sur le temps effectué…

Le chrono ? Pas prioritaire. Le confort ? On en sort. La déconnexion ? Totale ! Le week-end du 22 au 24 septembre 2023, Ultra Spirit a organisé la deuxième édition de son ultra-trail au concept totalement différent des courses traditionnelles. Au programme : un parcours exigeant avec 9000m de dénivelé positif qui propose des défis aussi ludiques que loufoques pour atténuer l’importance du chrono effectué, le tout dans le cadre d’un événement inclusif et responsable.

Ultra Spirit a été créé par François d’Haene, quadruple vainqueur de l’UTMB et double vainqueur de l’Ultra Trail World Tour, et son épouse Carline d’Haene. Le couple a voulu concevoir un événement « qui brise les codes des compétitions traditionnelles » avec une course entremêlée d’une douzaine d’épreuves surprises, permettant aux équipes d’agréger des points pour le classement final. Cette 2ème édition a eu lieu dans le Beaufortain en Savoie et a réuni 120 personnes dans des équipes toutes mixtes. « Cette année, la déconnexion était encore totale. Et c’est bien cela que l’on vient chercher sur Ultra Spirit », détaille l’un des deux co-fondateurs François d’Haene. « Toujours pas de douche, pas plus de réseau téléphonique et un chrono très peu présent. Ce qu’on recherche c’est de créer la surprise, de faire sortir les gens de leur « zone de confort » en compétition, pour les amener à improviser et vivre la course complètement différemment ».

Ainsi, de nombreux défis divertissants étaient proposés aux participants, à la manière d’un Pékin Express, par exemple : un parcours long de 200 m et 50 m de dénivelé positif à trois sur la même paire de skis, un passage à cloche-pied, un atelier de recomposition d’une chaussure de sport détachée en une quinzaine de morceaux, une course d’orientation avec balises et questions aux points de passage, un concours de cri du bouquetin sur 10 secondes, un quizz autour du poids d’un morceau de Beaufort, et bien d’autres encore…

Un ultra-trail responsable

L’événement est engagé dans une démarche durable et responsable et souhaite limiter autant que possible l’impact de la course. Ultra Spirit a ainsi développé un outil d’évaluation d’impact environnemental dès sa première édition, en collaboration avec Aircoop et Salomon. L’empreinte carbone de la course en 2022 avait généré 26,5 tonnes de CO2, soit 0,35 tonnes par participant.

Ainsi, de nombreuses actions sont mises en place pour tenter de réduire les émissions carbone et les impacts environnementaux. « Pour nous améliorer, nous avons plusieurs pistes de progression envisagées. Comme renforcer l’intégration du choix du mode de transport dans l’aventure et la sélection des équipes, optimiser les transports liés à l’organisation » explique l’organisateur, qui va loin pour inciter les participants à venir avec des mobilités décarbonées puisque leur ordre de départ dépend de ce critère !

Une politique d’achats responsables a aussi été mise en place, avec 70 % de fournisseurs locaux et une priorité donnée à la réutilisation et à la mutualisation. On retrouve de la proximité dans l’alimentation, puisque 90% des produits sont locaux, 100% des aliments sont de saison, avec une vigilance accrue sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. Pour le reste des détritus, le tri est évidemment largement déployé pour les déchets qui n’ont pas pu être supprimés. Quand on traverse les massifs du Beaufortin, on a forcément une attention toute particulière pour la protection de la biodiversité. Le nombre de participants est ainsi limité, tous sont sensibilisés à leur impact sur les territoires traversés, et l’organisation soutient la préservation de la forêt locale, en lien avec l’ONF.

Eau, énergie, communication, hébergement, de nombreux autres domaines sont scrutés dans le but de réduire le plus largement possible l’impact d’un événement qui se veut aussi ludique qu’inclusif dans son approche. « Sur Ultra Spirit, on ne vient pas pour la gagne, mais pour s’amuser, pour partager, pour rencontrer, pour vivre une course différente » ajoute Carline D’Haene. Une aventure humaine, en somme, qui veut protéger son terrain de jeu.

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.