Média positif et engagé pour un sport durable

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Avec Biodiv’sports, la LPO agit pour des sports de nature responsables

Avec Biodiv'sports, la LPO agit pour des sports de nature responsables Ecologie Ecolosport
© Pixabay
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Pour sensibiliser les pratiquants ainsi que les collectivités et acteurs des sports de pleine nature, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) a développé plusieurs outils numériques.

Alors que les activités de pleine nature sont en plein essor, 43 % des pratiquant(e)s ne sont pas ou peu au courant des impacts du dérangement lié à leur pratique, selon une étude menée en 2020 par le Laboratoire d’Étude de Recherche en Sociologie de l’Université de Bretagne Occidentale. N’ayant pas attendu ce constat, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) a débuté depuis quelques années des travaux de sensibilisation pour des sports de nature plus respectueux des milieux naturels. Comment agir, que l’on soit un(e) adepte d’activité outdoor, une collectivité, une institution ou encore un club ? Suivez le(s) guide(s) !

Des dépliants par pratique sportive pour le grand public

En se rendant sur le site internet de la LPO, les pratiquant(e)s peuvent télécharger des dépliants contenant plusieurs informations et conseils spécifiques à leur discipline. VTT, vol libre, trail/randonnée, spéléologie, ski de randonnée, ski alpin, raquette, highline, escalade et canoé-kayak, ce sont en tout 10 plaquettes de sensibilisation qui sont disponibles gratuitement. En complément, ces documents peuvent être relayés localement par les gestionnaires des Parcs Nationaux, des Réserves naturelles ou des Parcs naturels régionaux par exemple.

De plus, les antennes locales de la LPO organisent régulièrement des maraudes sur les sites pour aller à la rencontre des pratiquant(e)s et sont présentes sur divers événements autour du sport et du tourisme. Le message est simple : « Informez-vous sur les des zones de tranquillité ou de reproduction des animaux avant de sortir et adoptez les bons réflexes pour limiter votre impact en respectant les informations et le balisage sur place », comme le précise Céline Blanc, Responsable de projets Tourisme et activités de pleine nature à la LPO. En parallèle de cette sensibilisation du grand public, l’association travaille avec les collectivités, institutions et clubs via le dispositif Biodiv’sports.

Le dispositif Biodiv’sports, un travail collectif

Initié par l’antenne Auvergne-Rhône-Alpes en 2016, « ce dispositif participatif est chargé de définir de manière collective, des zones de présence de la faune/flore sauvage sensible au dérangement, accompagnées de messages de sensibilisation, et de les porter à connaissance des pratiquants via un flux de données (API) vers les plateformes partenaires » peut-on lire sur le site de la LPO. Selon Céline Blanc, « c’est une démarche très territoriale pour mettre les acteurs de sites naturels de tout horizon (clubs sportifs, collectivités, gestionnaires des sites…) autour de la table ».

Le projet se découpe en 2 phases clés. Dans un premier temps, via des réunions et concertations en salle et sur le terrain, où plusieurs paramètres vont être pris en compte – diagnostic du site, enjeux écologiques, dynamique économique etc… -, les participant(e)s vont définir les zones sensibles à protéger. Ensuite, ces zones sont enregistrées dans une base de données avant d’être relayées sur les plateformes partenaires comme Camp to camp, Geotrek ou VisoRando. Enfin, ces informations sont à disposition des utilisateur(rice)s de ces applications mais également sur le widget de Biodiv’Sports.

Encore en plein développement, les projets autour de ce dispositif sont désormais centrés sur l’amélioration de l’affichage de ces données sur les plateformes partenaires. À partir de 2024, la LPO ambitionne également de déployer cette démarche de concertation locale et de définition de zones sensibles sur d’autres territoires tels que les littoraux français.

> Lire aussi : TRIBUNE – Sport et préservation de la biodiversité

Parce que le respect et la préservation des espaces naturels est un levier d’action important face à la chute de la biodiversité, il parait nécessaire que les pratiquant(e)s d’activité de pleine nature agissent à leur échelle pour limiter leur impact. Cela passe, dans un premier temps, par une connaissance de la faune et la flore sur leurs lieux de pratique.

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email
Eddy Klemenczak
Eddy Klemenczak

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.