Service location matériel sportif Decathlon Ecolosport

Que ce soit entre particuliers ou via des enseignes et des marques connues, les services de location de matériel et de produits se démocratisent dans le monde du sport. Decathlon s’est récemment penché sur cette stratégie.

Il est aujourd’hui commun de louer ou de payer un abonnement pour profiter en illimité de produits et services, plutôt que d’acheter définitivement. C’était notamment le cas pour les séries et films. Le même phénomène se développe dans le monde du sport. Ainsi, l’enseigne Decathlon propose depuis peu à ses clients des abonnements mensuels de location de produits. Est-ce une bonne chose pour la planète ?

Comment fonctionne l’offre de Decathlon ? 

Testée en Belgique depuis quelques mois, cet abonnement devrait arriver dans d’autres pays, dont la France. Sur le papier, l’offre d’abonnement de location de matériel sportif proposée par Décathlon est simple : pour un montant compris entre 20 et 80 € par mois, le client peut utiliser son équipement puis le ramener et le changer pour un autre, en fonction des saisons par exemple.

Le principe permet ainsi aux clients d’utiliser sans acheter, dans la limite de leur budget alloué par le prix mensuel payé : 400 € d’équipements pour un abonnement mensuel de 20€, et jusqu’à 2.000 € pour l’abonnement à 80€. Durant la période de l’abonnement, libre à l’utilisateur de changer ou de remplacer son matériel. Il lui revient la charge des réparations et échanges si le matériel est abimé, responsabilisant ainsi son utilisation. Cela permet aussi au matériel restitué d’être utilisé par une autre personne.

Actuellement le site internet français de Decathlon propose déjà des offres de locations, uniquement sur les vélos ou les équipements pour la montagne et la musculation.

Trippez Location Materiel Spot Particuliers Ecolosport
© Filip Mroz/Unsplash

Quel intérêt écologique ?

En mettant en place ce service, Decathlon s’inspire du modèle actuel du streaming de médias par abonnements et des nombreuses marques de textiles proposant de plus en plus de consignes sur leurs produits comme pour les jeans de la marque française 1083. La marque française NOLT a annoncé il y a peu tester un service de location de ses équipements, tout comme Picture pour ses vêtements. Des plateformes de location entre particuliers ont aussi vu le jour, comme Trippez, confirmant la tendance.

D’une certaine manière, Decathlon casse ici les modes de consommation du grand public pour ce genre de matériel. L’aspect pratique de cette solution, qui va s’adresser en premier lieu aux familles, permettra à chacun de varier les plaisirs, de permettre de changer d’activités ou de loisirs sans conserver du matériel inutilisé chez soi.

Le fait de moins jeter, stocker et oublier du matériel chez soi va permettre une baisse de la production, et donc des émissions de gaz à effet de serre. « Rendre un produit utilisable par 10 clients au lieu d’un seul, c’est réduire de 10 fois notre impact CO2 » ajoute le co-leader de Decathlon Belgique. L’enseigne sort évidemment gagnante de ce nouveau service, au même titre que le client et la planète. « Des initiatives ont été prises et sont toujours en cours aujourd’hui. Tout ce qui touche au développement durable (seconde main, reprise des produits) est le fruit de la crise du Covid. » Si cette offre venait à fonctionner, elle pourrait donner des idées à d’autres entreprises, tous secteurs confondus, d’accélérer leur conversion vers l’économie circulaire et durable.

L’interrogation réside désormais du côté des usagers : l’offre sera t-elle adoptée par une clientèle confrontée à de nombreux choix d’abonnements mensuels ? Là encore, des solutions existent, comme celle de l’entreprise française Spliiit, qui permet de partager ses abonnements avec d’autres utilisateurs afin de réduire ses frais.

Photo à la Une : © La Voix du Nord

Laisser un commentaire

One reply on “Vers la démocratisation de la location de matériel sportif ?”

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport