Média positif et engagé pour un sport durable

L’escrime mondial dépose les armes pour protéger la planète

L’escrime pour la planète Ecologie Ecolosport FIE
© Nathanaël Desmeules
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

La Fédération internationale d’escrime (FIE) organise une journée dédiée à la protection de la planète. La première de cette nouvelle journée annuelle appelée « L’escrime pour la planète » se déroulera le samedi 8 avril prochain.

Le 8 avril 2023, à l’occasion de la première journée « L’escrime pour la planète », les escrimeurs du monde entier multiplieront les initiatives afin de préserver l’environnement. Cette journée doit marquer un tournant dans les objectifs fixés par la Fédération internationale d’escrime, qui souhaite accélérer ses objectifs de durabilité. L’événement sera déployé chaque année, sur le deuxième week-end d’avril. Dans un premier temps, le but est de mener des actions pour la protection de la planète et de la population, de leur santé et de leur environnement. Mais aussi, par la même occasion, de mobiliser et sensibiliser ses athlètes partout dans le monde, aussi bien sur le plan local et national.

De nombreuses actions souhaitées par la FIE

En mai dernier, Ana Irene Delgado, ancienne escrimeuse de haut niveau, a pris la tête d’un groupe de travail dédié à l’environnement. « Nous souhaitons sensibiliser davantage les athlètes de l’escrime sur la vie en harmonie avec l’environnement, et la FIE encourage tous les membres de la famille mondiale de l’escrime à mener des actions et à faire vraiment une différence » a t-elle déclaré.

Elle poursuit : « Nous avons établi toute une série de gestes et de directives à l’intention des fédérations nationales, des organisateurs de compétitions, des athlètes, de toutes nos parties prenantes, pour être encore plus respectueux de la planète. Nous recommandons par exemple l’abandon des bouteilles en plastique, l’utilisation des transports en commun, des énergies renouvelables et d’une nourriture produite localement. »

Parmi les actions que la FIE veut mettre en place, on retrouve le covoiturage pour se rendre sur les événements, la plantation d’arbres ou encore le le nettoyage des plages, comme en 2019, où des employés du siège fédéral avaient nettoyé une plage du Lac Léman, lors de la troisième édition de la Journée mondiale de l’escrime. Installer des stations de remplissage d’eau lors des compétitions d’escrime, se fournir en électricité verte ou auprès d’entreprises qui limitent leur utilisation du plastique, sensibiliser les parties prenantes de tous niveaux, les actions ciblées par la FIE sont multiples et nombreuses. Elles doivent surtout devenir pérennes, aussi bien pour les organisateurs que pour les individus.

Le don à des organisations caritatives des produits alimentaires non consommés sur un événement est également une initiative mentionnée. Les fabricants de matériel ont également été mis dans la boucle et devront optimiser l’éco-conception. La FIE souhaite par ailleurs montrer l’exemple et limiter l’empreinte carbone de ses commissions et comités, en remplaçant les réunions tenues à Lausanne longtemps par des visioconférences, sûrement bien aidée par la crise du Covid.

Des athlètes concerné(e)s

« En tant qu’escrimeurs, nous avons la responsabilité, à tous les niveaux, d’apporter notre soutien et de faire tout notre possible pour apporter notre contribution, et le programme L’escrime pour la planète est un appel à l’action pour que chacun s’implique » a ajouté Ana Irene Delgado.

D’après la Fédération, les athlètes semblent concerné(e)s par les enjeux climatiques. Toutes et tous peuvent apporter leur pierre à l’édifice, en tant qu’individu d’abord, en achetant des vêtements et des produits de seconde main, en minimisant sa consommation électrique, en recyclant ses déchets et en utilisant des produits compostables, par exemple. En France, l’escrimeuse Cécilia Berder est très sensible aux enjeux climatiques et a déjà pris la parole à ce sujet. Ruben Limardo, épéiste vénézuélien, champion olympique en 2012 et président de la commission des athlètes de la FIE, a intégré le groupe de travail sur l’environnement, présidé par Ana Irene Delgado, qui conclut : « Nous créons un cadre de durabilité pour la FIE. Nous avons une équipe formidable et nous nous consacrons tous à ce que L’escrime pour la planète fasse une vraie différence pour améliorer notre monde. »

Photo à la Une : © Nathanaël Desmeules

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.