Média positif et engagé pour un sport durable

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

SailGP : un “Quentin Express” pour relever le défi de la mobilité propre

Quentin Express Delapierre France SailGP Team Ecologie Ecolosport Voile
Quentin Delapierre est le pilote du France SailGP Team - © Simon Bruty/SailGP
Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

À quelques jours du Grand-Prix de France de SailGP, Quentin Delapierre, pilote français du championnat de voile le plus rapide au monde, et son équipe vont rejoindre Saint-Tropez depuis Barcelone à bord de transports bas carbone. C’est le Quentin Express.

Un moment de pause au milieu de journées au rythme effréné, c’est ainsi qu’est décrit le “Quentin Express”, le défi de Quentin Delapierre et ses coéquipiers par l’équipe de France de SailGP. À quelques encablures d’une date naturellement importante, celle du Grand-Prix de France, le pilote tricolore va devoir lier Barcelone – où est basée l’équipe – à Saint-Tropez uniquement en mobilités douces : train, véhicule électrique (vélo, voiture, trottinette), à pied ou à vélo. “On a un rythme à 1000 à l’heure, mais on va prendre le temps de faire le trajet entre Barcelone et Saint-Tropez uniquement via des moyens de transports bas carbone” commente Quentin Delapierre. “Ça sera long mais ça sera l’occasion de marquer une coupure et de ralentir un peu avant de nous mettre en mode SailGP.”

SailGP, cela ne vous dit rien ? Il s’agit d’un championnat mondial de voile, où les catamarans -représentant des équipes nationales – approchent les 100 km/h. Dans ce havre de vitesse et de performance, le Quentin Express peut interpeller. “Ce sont les émissions indirectes et notamment le déplacement de larges publics qui sont souvent la première source de pollution des grands événements” explique le communiqué du Team France, qui souhaite donc sensibiliser le sien en montrant les solutions et alternatives, aux côtés d’Energy Observer Foundation, le fonds de dotation du premier bateau à hydrogène et zéro émission, qui oeuvre pour décarboner les grands événements sportifs.

Rien d’étonnant, non plus, quand l’on connait les engagements importants de la discipline autour des enjeux environnementaux. SailGP a créé un championnat parallèle : l’Impact League, où les mêmes équipes sont en compétition autour de critères environnementaux et sociaux. “SailGP nous impose, depuis sa saison 2, de réduire au maximum notre impact dans la pratique de notre sport et lors de nos voyages, en réduisant le nombre de personnes qui se déplacent au strict nécessaire par exemple” poursuit le pilote français. “Avec l’Impact League, toutes les équipes se sont prises au jeu. Au-delà de la démarche responsable, à laquelle on ne peut plus être insensible aujourd’hui, le côté compétition nous pousse à nous creuser la tête pour trouver des solutions d’optimisation ou tout simplement à faire les choses différemment.”

> Lire aussi : L’Impact League, le championnat durable de SailGP

Quentin Express Delapierre France SailGP Team Ecologie Ecolosport Voile
© Andrew Baker / SailGP

Un programme bien organisé

Ce mercredi 6 septembre, donc, le “Quentin Express” s’élancera. L’hommage à la célèbre émission Pékin Express s’arrête néanmoins là, puisque les deux jours de trajet seront forcément bien huilés, à 3 jours du Grand-Prix. Après avoir relié la gare de Barcelone à vélo ou trottinette, l’équipage reliera Marseille en train, via Nîmes. Le soir, une opération « Beach Clean Up » est prévue avec des enfants d’une école de voile marseillaise. Le lendemain matin, ils reliront Sainte-Maxime à bord d’une voiture électrique, avant de monter sur un bateau à voile ou électrique pour arriver à Saint-Tropez, tôt le matin du 7 septembre.

S’il s’agit d’une opération de sensibilisation, c’est aussi une opération de communication visant à promouvoir ses partenaires. Une forme de sponsoring responsable plutôt bienvenue, à l’heure où le monde du sport n’en a pas encore saisi tous les enjeux et bienfaits. “J’espère que ça sera aussi l’occasion de faire des rencontres avec notre communauté sur le trajet” conclut Quentin Delapierre. “D’ailleurs je lance un appel à tous ceux qui souhaitent nous aider dans notre démarche « slow travel, low carbone » pour nous rejoindre à Nîmes, Marseille, Sainte-Maxime et bien sûr à notre arrivée à Saint-Tropez ! 

Twitter
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Ecolosport le PODDCAST explore la façon dont le sport peut contribuer à la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) de l'ONU et comment ceux-ci peuvent soutenir le développement du sport.