FootballRSE

Des Girondins de Bordeaux au coeur marine et blanc

Avec son programme Coeur Marine & Blanc, les Girondins de Bordeaux souhaitent s’engager dans une démarche RSE ambitieuse.  Nous en avons parlé avec Sylvie Pepin, directrice RSE des Girondins.

Les clubs de football s’engagent ! Qu’ils s’agissent des plus gros comme l’Olympique Lyonnais ou l’Olympique de Marseille, ou de moins gros comme le FC Lorient ou le FC Metz, les clubs de football français veulent agir sur leur territoire et au-delà. C’est aussi le cas du club des Girondins de Bordeaux, qui a lancé en mars dernier son Fonds de Dotation.

Ce Fonds de Dotation a été créé en se basant sur quatre piliers fondateurs, piliers de la stratégie RSE girondine depuis de longues années : Bordeaux Engagé, Bordeaux Intégrateur, Bordeaux Militant et Bordeaux Dynamique.  “Sur le pilier Bordeaux Engagé, nous sommes beaucoup à l’écoute et nous accompagnons des projets autour de l’enfance, de la santé, des femmes et de l’éco-responsabilité” détaille Sylvie Pepin, directrice RSE et des relations extérieures des Girondins de Bordeaux. Elle poursuit : “Sur le pilier Bordeaux Intégrateur, il s’agit plutôt de projets d’accompagnement de retour à l’emploi, en relation avec les zones et quartiers prioritaires de Bordeaux. Sur le pilier Bordeaux Militant, nous travaillons avec des associations. Nous venons par exemple de lancer une collecte solidaire avec les Restos du Coeur.” Avec Bordeaux Dynamique, le quatrième pilier, et ses 1.200 entreprises partenaires, le Club se positionne en acteur du développement économique régional.

Girondins de Bordeaux RSE Ecolosport

Une volonté d’être à l’écoute et exemplaire

Avec le programme Coeur Marine et Blanc, le club veut ainsi occuper une place importante dans la vie locale et régionale. “Nous sommes le seul club professionnel de Ligue 1 en Nouvelle-Aquitaine, plus vaste région française” explique d’abord Sylvie Pepin. “Nous sommes aussi le 1er producteur de spectacle vivant, nous avons une grosse communauté de supporters et de sympathisants. À un moment donné, nous devons aussi être à l’écoute de la société, de nos communautés et des problématiques sociétales et environnementales. Le football est un sport populaire et rassembleur. L’idée est d’être valeur d’exemple.”

L’aspect écologique du programme a réellement débuté il y a 1 an, et n’est donc pas le plus fourni. Le club est néanmoins signataire de la Charte des 15 engagements éco-responsables du Ministère des Sports et du WWF et a débuté un travail autour du stade, qui ne leur appartient pas. “Nous sommes simplement résidents du stade, mais nous avons un certain nombre d’actions mises en place, notamment autour de l’alimentation. Nous privilégions les circuits courts et nous donnons les denrées non consommées aux associations, dont les Restos du Coeur, qui les livrent directement aux plus fragiles.” Au-delà du stade et des matchs, les Girondins forment et sensibilisent leurs jeunes à l’environnement et à l’éco-responsabilité lors de stages. Par exemple, les U17 bordelais ont récemment pu assister à une formation de sensibilisation sur le réchauffement climatique, grâce à une collaboration avec l’ADEME.

Sylvie Pepin Girondins de Bordeaux RSE Ecolosport

Sylvie Pepin (à gauche) accompagnée de la Ministre des Sports Roxana Maracineanu (au milieu) lors de la signature de la Charte des 15 engagements éco-responsables. – Photo : Girondins.com

Des synergies avec les clubs de Ligue 1 et l’Union Bordeaux-Bègles ?

Sur le terrain sociétal, la concurrence naturelle existante entre les clubs à tendance à s’effacer, pour le bien commun. La mise en commun d’idées est-elle finalement possible ? “C’est difficile car les clubs n’ont pas tous les mêmes ADN, ni les mêmes publics ou communautés. La LFP a mis en place une structure RSE très engagée, avec des temps forts dédiés à tous les clubs.” Dernièrement, par exemple, tous les clubs de Ligue 1 ont participé à une action en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes, organisée par la LFP. “C’est surtout la Ligue qui impulse la dynamique entre tous les clubs de Ligue 1.”

Si des synergies peuvent être trouvées avec les autres clubs de Ligue 1, qu’en est-il avec l’autre gros club professionnel de la ville, l’Union Bordeaux-Bègles ? Globalement, cela reste compliqué, pour des différences de planning. “Mais nous avons déjà collaboré” prévient Sylvie Pepin. “Nous avons déjà été voir des enfants malades dans les hôpitaux ensemble, avec nos joueurs et nos mascottes. Il y a quelques années, nous avions aussi fait une action commune avec le rugby, le volley et le hockey auprès des commerçants bordelais, pour booster la consommation locale. Nous sommes précurseurs finalement ! (rires)” Des synergies et collaborations sont possibles entre les clubs d’une même région ou d’un même championnat. Ces synergies sont même nécessaires !

Réagissez !

Bravo !
2
J'adore !
1
Wow !
0
Mouais...
0
Michaël Ferrisi
Fondateur d'Ecolosport, je souhaite encourager la transition écologique dans le monde du sport. Professionnel du digital dans le rugby, je connais l'environnement des organisations sportives, de ses acteurs et suis persuadé des opportunités que représente cette transition pour la planète et le sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 %