Alimentation durable MAIF FFA Athlétisme Lavillenie Ecolosport

Est-il compatible d’être sportif de haut niveau et d’avoir une alimentation durable ? C’est la question à laquelle la Fédération Française d’Athlétisme a souhaité répondre, en co-organisant avec la MAIF un atelier culinaire de sensibilisation à l’alimentation performante pour de jeunes athlètes, en compagnie de Renaud Lavillenie. Et sans surprise, la réponse est oui !

Le dispositif « Ambition 2024 » mis en place par la Fédération Française d’Athlétisme vise à accompagner cette nouvelle génération d’athlètes en mettant à leur disposition des outils leur permettant d’accéder au plus haut niveau, incluant toutes les thématiques liées à l’entrainement et à la performance, tout en abordant des sujets extra-sportifs essentiels à la gestion de leur carrière professionnelle. Sensibiliser ces jeunes champions à l’éco-responsabilité et faire d’eux des citoyennes et citoyens engagés est un marqueur fort de cette ambition. Plus globalement, conjuguer sport et développement durable est une préoccupation majeure de la MAIF qui, dans le cadre de son dispositif MAIF Sport Planète, multiplie les initiatives afin d’inciter le plus grand nombre à une pratique responsable.

Le quotidien d’un sportif et le maintien de son niveau de performance est bien entendu fonction de son entraînement physique. Néanmoins, parmi tous les autres paramètres que l’on connaît, l’alimentation joue également un rôle primordial dans l’atteinte de l’excellence. Mais est-ce que durabilité et performance sont à opposer ? Pour montrer que l’on peut mettre ces deux enjeux dans la même assiette, l’événement « C’est bon et bon pour la planète », co-organisé par la MAIF et la FFA, a mis les petits plats dans les grands.

C’est dans la cuisine de la Brasserie du LOU Rugby à Lyon qu’a ainsi eu lieu samedi soir ce dispositif d’initiation à l’alimentation durable et performante. La soirée a débuté par un atelier culinaire dispensé par Chloé Charles, cheffe cuisinière découverte par le grand public dans l’émission « Top Chef » en 2021, au cours duquel les athlètes ont eu l’occasion de préparer des Okonomiyaki, ces crêpes japonaises salées très populaires au Japon. Parmi les apprentis chefs d’un soir, Bryan, qui pratique le saut en longueur, a pris conscience au cours des derniers stages en Equipe de France que l’alimentation pouvait jouer sur la performance. Lui et son camarade Anthony, perchiste, avaient également en tête que le gaspillage alimentaire représentait un véritable danger pour la planète, mais n’avait pas conscience avant cette soirée de ce que cela représentait (si la nourriture gaspillée était un pays, il serait le troisième mondial en terme de PIB, ndlr).

A la suite de l’atelier culinaire, un jeu interactif autour de l’alimentation durable et responsable a ensuite été animé par Jean-Luc Fessard, Président de l’association « Bon Pour Le Climat » et journaliste spécialisé environnement. Des interventions de Mathieu Jouys, nutritionniste et diététicien, consultant à l’INSEP, et Renaud Lavillenie ont également permis aux athlètes membres du collectif « Ambition 2024 » de mieux comprendre les enjeux de l’alimentation durable au service de la performance sportive.

Alimentation durable MAIF FFA Athlétisme Lavillenie Ecolosport
Cette soirée a permis aux jeunes athlètes de prendre conscience des enjeux autour de leur alimentation.

Au cours du discours introductif de cette soirée, Renaud Lavillenie a par exemple pu expliquer à quel point l’athlète de haut niveau a un devoir d’exemplarité quant à l’empreinte carbone liée à sa pratique. Et de rajouter qu’il faut raisonner globalement, des déplacements jusqu’à l’alimentation. Le perchiste champion olympique et champion du monde sait à quel point celle-ci est un pilier de la performance : « En tant que sportif de haut-niveau, je sais qu’adopter de nouvelles habitudes et un régime alimentaire différent peut susciter interrogations et inquiétudes mais il est aujourd’hui tout à fait possible de conjuguer recherche de la plus haute performance et préoccupation écologique. À titre personnel, étant engagé depuis longtemps en faveur de la protection de l’environnement, cet atelier culinaire avec Chloé Charles m’a permis de conforter ma démarche et d’enrichir mes connaissances en matière d’alimentation durable. Avec un peu d’entraînement, on peut tous avoir une alimentation responsable ! ».

Alimentation durable MAIF FFA Athlétisme Lavillenie Ecolosport

Quant à Chloé Charles, que l’on a pu apercevoir dans la dernière saison de Top Chef, elle précise que gourmandise, performance et durabilité sont tout à fait complémentaires : « J’encourage tout le monde à devenir des « gloutons raisonnés et engagés » ! Je souhaite utiliser mon savoir-faire afin d’apporter la preuve qu’une alimentation responsable n’est incompatible ni avec la
gourmandise ni avec la performance. J’ai été ravie de partager avec les jeunes champions du collectif « Ambition 2024 » mes conseils pour intégrer plus de produits végétaux dans leur alimentation et exploiter chaque produit à 100%, afin de limiter le gâchis alimentaire. »

Alimentation durable MAIF FFA Athlétisme Lavillenie Ecolosport
Chloé Charles assurait la partie culinaire de l’atelier de sensibilisation en guidant les jeunes dans la recette.

Rappelons que pour atteindre la neutralité carbone en 2050, les citoyens doivent accompagner le changement en réduisant leur empreinte carbone individuelle à 2 tonnes d’équivalent CO2 par an, ce qui revient à la
diviser par 5 voire par 6. L’alimentation représente 16 à 24 % de l’empreinte carbone des ménages français. Un levier d’action entre toutes les mains.

Passionné par la course à pied et le trail, intéressé par le sport en général, la cause environnementale est une de mes préoccupations majeures. M'engager comme rédacteur au sein de Ecolosport, c'est donc concilier un des mes principaux centre d'intérêt et mon engagement pour notre planète et notre avenir.

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport