The Suncycling Odyssey Ecologie Velo Ecolosport
Régulièrement, Fiona Colantuono nous racontera son quotidien sur les routes européennes, son ressenti, ses expériences mais aussi ses difficultés dans le Carnet de Route de The Suncycling Odyssey.

Partie le 4 mars dernier pour The Suncycling Odyssey, Fiona Colantuono a terminé son aventure sur son vélo solaire à Lyon, en passant par le Luxembourg et la Suisse.

« Après Bruxelles, je suis partie sur l’Eurovélo 5 pour rejoindre Namur une première journée. Ce soir-là, j’avais ma dernière intervention sur la version online de la radio « Cause Commune » qui fait une émission mensuelle « Vivons Sport ». J’ai ensuite continué ma route, toujours le long de l’Eurovélo 5, en redescendant direction le Luxembourg, où j’ai passé une seule nuit. Les pistes cyclables sont très bien faites, mieux qu’en Belgique.

Depuis le Luxembourg, je suis allée vers Metz où j’ai dormi chez Cécile, une professeure des écoles. J’ai profité de mon jour de pause pour réaliser une Fresque du Climat avec sa classe de CE2, encore un peu jeune pour comprendre certains points.

Depuis Metz, et en longeant le canal de la Marne au Rhin, j’ai été rejoint sur la route par Dominique Genatio, un professeur de sport du collège d’Ostwald, un village au sud de Strasbourg. Arrivant au collège, j’ai été acclamée par une cinquantaine d’élèves. Le lendemain, je suis allé à la rencontre de Re-Cycle-On, une initiative strasbourgeoise menée par une femme faisant de l’upcyling de pneus de vélos usagés pour en faire des éléments de décoration, des ceintures ou encore des porte-clés.

Rencontre avec l’équipe du collège d’Ostwald et la mairie

Le lendemain, je suis retournée à Ostwald pour faire une intervention dans une classe de 4ème, suivie d’une autre intervention dans le centre aéré de la même ville.

La route des vins d’Alsace est vraiment magnifique. Je suis montée au château du Haut-Koenigsbourg avant d’aller sur Colmar pour la nuit. Le lendemain, j’ai repris ma route, direction Mulhouse, puis Kembs où j’ai dormi chez Julien, un maraicher bio du village. A Kembs, je suis intervenue dans une nouvelle école, très dynamique.

J’ai poursuivi vers Bâle, en Suisse, puis vers Lucerne. La région du lac des Quatre-Cantons est splendide. J’ai choisi un itinéraire traversant les Alpes pour rejoindre Andermatt : pas la route la plus facile mais sans doute la plus belle. Le lendemain, j’ai grimpé le col de la Furka et je suis arrivée à 2400m d’altitude, le point le plus haut de mon aventure. Toujours en Suisse, j’ai rencontré l’association Les mains vertes, qui fait de la réinsertion sociale sur des parcelles de maraichage. Ensuite, j’ai rejoint le bord du lac Léman, côté suisse. A Lausanne, j’ai rencontré Les Artisans du lien, une association qui organise des stages et des formations autour de la gouvernance partagée et d’une démocratie davantage horizontale, dont les ateliers peuvent se faire avec un public varié (en entreprise, en groupe collectif, etc).

Arrivée de l’aventure

De retour en France, j’ai mis 3 jours pour rejoindre Lyon, le 10 juillet dernier, ville finale de mon projet. Sur le chemin, j’ai croisé en sens inverse un couple, également sur vélos solaires, participant au Sun Trip organisé par la ville de Lyon, un trek traversant les Alpes.

Sur place, plusieurs associations m’ont accueilli : Les éco-cyclables, qui était au départ une association de 4 étudiants partis à vélo pour faire du ramassage de déchets et qui est devenue une structure plus évoluée, ayant pour objectif le soutien de ces bonnes initiatives ; et Wings of the Ocean qui agit sur la protection de l’environnement et la sensibilisation du public. Une clean walk a ensuite été organisée dans les chemins du parc de la Tête d’Or.
Pour boucler la boucle, je suis allée jusqu’à Perpignan, ma ville de départ, le 29 juillet.

Au final, cette belle aventure a duré presque 5 mois, du 4 mars au 30 juillet pour un total de 9 660 kms et de 74 000 m de dénivelé positif. Au niveau de la recharge du vélo, j’ai fait l’action de le brancher sur une prise 32 fois, ce qui représente entre 18 et 19 recharges à 80% de batterie. J’ai fait 83% de mon itinéraire et de mes kilomètres avec le soleil et donc 17% avec l’énergie du secteur.

J’aurai rencontré au total 24 initiatives, fait 11 interventions dans les écoles et 2 autres pour un public adulte, et plus de 1 400 arbres plantés grâce à la team The Suncyling Odyssey sur Active Giving.« 

Bravo Fiona !


Relire : The Suncycling Odyssey – Carnet de Route #1
Relire : The Suncycling Odyssey – Carnet de Route #2
Relire : The Suncycling Odyssey – Carnet de Route #3

Naturellement passionnée par le sport en tant que sportive de haut niveau, je suis convaincue qu'il est un outil de développement majeur de nos sociétés. Il est désormais nécessaire de rendre sa pratique soutenable et durable afin de pérenniser ce rôle.

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport