The Suncycling Odyssey Ecologie Velo Ecolosport
Régulièrement, Fiona Colantuono nous racontera son quotidien sur les routes européennes, son ressenti, ses expériences mais aussi ses difficultés dans le Carnet de Route de The Suncycling Odyssey.

Partie le 4 mars dernier pour The Suncycling Odyssey, Fiona Colantuono poursuit son aventure sur son vélo solaire à la rencontre de porteurs de la transition énergétique… en Ecosse, en Angleterre et en Belgique.

« La dernière fois que je vous écrivais, je venais de finir l’Irlande et j’arrivais en Ecosse. L’Ecosse est très différent de l’Irlande, avec des routes encore plus cabossées, mais j’ai retrouvé la forêt, ce qui manquait assez en Irlande. La météo s’est avérée extrêmement changeante. J’ai principalement dormi chez des Warmshowers. Je suis passée le long de la côte ouest et je suis remontée sur Glasgow. Depuis, j’ai tracé vers les Highlands, j’ai beaucoup aimé la zone des Loch Lomond et des Trossachs. A partir de là et jusqu’à Inverness, on est sur une piste cyclable en dehors du trafic routier.  Ensuite, je suis descendue par la côte Est où j’ai fait un bivouac incroyable face à la mer. Je n’ai pas forcément eu de rencontres auprès d’initiatives écossaises, alors j’ai continué ma route en direction de l’Angleterre, où j’ai rencontré des écoliers anglais à Anick. J’ai rejoint une famille à Sunderland qui hébergeait également une famille ukrainienne. On est allé, tous ensemble, à une soirée universitaire internationale car le père était professeur. J’ai apprécié avoir pu discuter de mon projet avec de nouvelles personnes.

J’ai continué ma route, d’abord vers Durham, qui est une très jolie ville. J’ai rencontré trois français qui récoltaient de l’argent pour les Petits Princes. J’ai poursuivi ma descente en direction de Londres, accompagnée par des cyclistes.

A Londres, j’ai pu rencontrer le London Energy Transformation Initiative, des groupes de travail sur différents sujets liés à l’énergie. Suite à ces travaux, ils écriront des rapports nourris de lignes directrices et de propositions pour le secteur des transports. J’y ai rencontré un français, ingénieur en génie civil, qui travaillait sur la rénovation de l’habitat en Angleterre. L’idée était de modéliser une maison-type afin d’analyser sa consommation et le coût et les bénéfices d’une rénovation énergétique.

De retour en France, à Lille, j’ai rencontré Endémik, un média citoyen participatif qui se veut inclusif et transparent sur les sujets qu’il aborde.

Arrivée sur Bruxelles le 15 juin, les rencontres ont été riches. J’étais d’abord avec Active Giving, l’application qui permet de faire du sport pour soi et pour la planète en même temps, partenaire du Suncycling Odyssey. J’étais aussi avec Nicolas Vandenelsken d’Uni-Vert Sport, éco-aventurier et fondateur du GreeNicoTour. Ensemble, nous avons fait une animation de la Fresque climat Quiz (voir photo ci-dessus). Pour finir, j’ai rencontré Daphnée, qui a créé Moov360, une marque de vêtements de sport techniques pour femmes conçus à partir de matériaux recyclés, notamment de filets de pêche. »


Relire : The Suncycling Odyssey – Carnet de Route #1
Relire : The Suncycling Odyssey – Carnet de Route #2

Naturellement passionnée par le sport en tant que sportive de haut niveau, je suis convaincue qu'il est un outil de développement majeur de nos sociétés. Il est désormais nécessaire de rendre sa pratique soutenable et durable afin de pérenniser ce rôle.

Instagram

Inscrivez-vous à la newsletter Ecolosport